Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Icare crie dans un ciel de craie

Auteur : Martin Rueff

Preface : Philippe Beck

Date de saisie : 26/07/2008

Genre : Poesie

Editeur : Belin, Paris, France

Collection : L’Extreme contemporain

Prix : 16.50 / 108.23 F

ISBN : 978-2-7011-4545-7

GENCOD : 9782701145457

Sorti le : 15/02/2008

  • Les presentations des editeurs : 17/09/2008

Alors que la longue tradition des icariens s’etait concentree sur la chute d’un fils, du ciel jusqu’a la vague, Icare crie dans un ciel de craie ralentit la descente et dedouble l’impact. L’auteur s’interroge attentivement sur les heures sous-marines du precipite pour ecrire le poeme des dernieres heures d’Icare delirant sous les eaux.
C’est un net progres qui offre un document decisif pour la connaissance de la vie des noyes.
Avec Icare c’est bien la generation des fils qui est visee. Que peuvent-ils retenir de leurs peres, ces fils du debut du XXIe siecle ? Comment inventer, en langue de poete, une reflexion sur la transmission et ses conditions ?
Certes, Icare tombe plutot mal, mais il aura au moins essaye de se forger un cri : un cri susceptible de faire entendre, dans son nom, un ciel de craie : Icare qui voudrait votre beau nom tourner il trouverait craie, criez donc Icare, criez dans votre ciel de craie.

Martin Rueff est l’auteur du Lapidaire adolescent (Chambery, Comp’Act, 2001), de Corda Tesa (La Luna, 36, Ascoli Pisceno, 2006) et de Comme si quelque (Chambery, Comp’Act, 2006).
Avec un avant-propos de Philippe Beck : Descente au paradis.

  • La revue de presse Alain Nicolas – L’Humanite du 10 juillet 2008

Le ciel entier devient craie. Icare recompose occupe, dans sa chute, tout l’espace. On le voit, en chute libre, gerant sportivement sa descente. De son pere, il tient l’amour des techniques et du travail bien fait. Rien a voir donc avec le jeune inconscient qui, dedaigneux des conseils de son ingenieur de geniteur, se brula les ailes pour s’etre approche du soleil…
En treize chants, Martin Rueff nous propose une version brillante, profonde et legere du mythe, ou les reflexions les plus complexes, servies par une langue precise et plaisante, imposent une conception de la poesie fascinante et jubilatoire.