Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

IMRE (pour mémoire)

Auteur : Edward Irenaeus Prime-Stevenson

Ce roman de 1906 d’Edward Prime-Stevenson n’a jamais été publié en français jusqu’à aujourd’hui, mais dès 1910 l’a été en allemand et plus récemment en espagnol. Avant même Maurice de E.M Forster écrit en 1912-1913 mais publié seulement en 1971, IMRE, pour mémoire (le titre anglais est Imre, a Memorandum) traite de l’amour socialement interdit entre deux hommes et “finit bien”. Il est comme l’illustration romanesque (d’où le sous-titre) de l’énorme travail que l’auteur a publié trois années plus tard sous le titre The Intersexes…, encore inédit en français dans son intégralité.
Le sujet en est la rencontre de l’Anglais Oswald, âgé d’une trentaine d’années, à Budapest au cours d’une de ses pérégrinations, avec Imre, jeune et bel officier austro-hongrois. Tous deux portent le masque imposé aux affinités amoureuses qui n’osent se dire. Mais la confession de l’un entraîne la confession de l’autre. L’auteur (1858-1942) de The Intersexes… illustre, dans son récit l’idéal incarné d’un bonheur possible entre deux hommes. Roman d’un temps suspendu. Le temps qu’il faut à deux hommes, au début des années 1900, pour se dire : « … le rêve est devenu réalité. Je t’aime, comme tu m’aimes. J’ai trouvé, comme toi aussi tu as trouvé “l’amitié qui est amour, l’amour qui est amitié”… Viens, mon ami, mon frère ! »