Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Independance cha cha

Auteur : Anne Vallaeys

Date de saisie : 16/03/2007

Genre : Biographies, memoires, correspondances…

Editeur : Fayard, Paris, France

Collection : Litterature francaise

Prix : 19.00 / 124.63 F

ISBN : 978-2-213-62449-5

GENCOD : 9782213624495

Sorti le : 01/03/2007

  • Les presentations des editeurs : 16/09/2008

Independance Cha Cha, la chanson d’espoir des Congolais de 1960, le tube des Afriques independantes.
Pour nous les Blancs, cette joie signifiait, mais nous l’ignorions encore, notre fuite vers l’Europe. J’avais neuf ans. Toute ma vie, par la suite, j’ai voulu ecarter de mes pensees ce Congo rebaptise Zaire par Mobutu, le dictateur, puis Republique Democratique du Congo par Laurent-Desire Kabila, le liberateur. Mais je savais que je reverrais ma terre natale. Un jour, Medecins Sans Frontiere me suggera de realiser un reportage a propos de l’ouverture d’un poste medical d’urgence au Kivu, a l’est du pays.
J’ai saute le pas. J’ai parcouru deux mille kilometres a travers les brousses et les montagnes, les rues devastees des grandes villes. A la recherche de mes souvenirs, des odeurs, des couleurs de mon enfance. J’ai trouve plus fort, finalement : le Congo d’aujourd’hui, ou mon passe, celui des miens, s’est fondu dans l’extraordinaire energie d’un peuple debout. Si different des images convenues, des vains debats entre responsabilite coloniale et culpabilite.
Je vivais mes retrouvailles avec un pays inconnu, le Congo qui est mien aussi. A.V.

Anne Vallaeys publie ses romans chez Fayard. Essayiste, elle est aussi l’auteur de Medecins Sans Frontieres, la biographie (prix Joseph Kessel). Cet ouvrage qui fait date a ete adapte pour la television en 2006 sous le titre L’Aventure MSF.

  • La revue de presse Claire Devarrieux – Liberation du 8 mars 2007

Les pays qu’on ne connait pas sont comme les amis de nos amis : a force d’en entendre parler, on finit par les adopter sans les avoir jamais vus. Le recit d’Anne Vallaeys produit cet effet, il nous rend plus africains, nous avons en tete des paysages, des couleurs, des atmospheres…
Pour Anne Vallaeys, ce recit est un retour. Elle n’etait pas revenue dans son pays natal depuis l’independance en 1960, depuis ce vendredi 8 juillet ou six familles, les femmes et les enfants blancs de Mzuavi, ont quitte le district des Cataractes, et roule jusqu’au soir afin de se refugier chez les Portugais en Angola…
A vrai dire, ce n’est pas l’essentiel du livre. Independance Cha Cha (le titre vient d’une chanson, l’hymne des decolonisations africaines) saute allegrement par-dessus les beautes deleteres de la nostalgie, evite les souvenirs d’enfance, enregistre meme une sorte d’echec a ressusciter les emotions d’antan. Il n’y a pas de retrouvailles, meme devant la maison familiale. La veritable quete, ici, est celle du pere tres aime, dont la disparition semble avoir provoque, voire permis, le retour au Congo…
Independance Cha Cha est un reportage romanesque, ecrit par quelqu’un du pays, une fille de broussard qui connait de longue date le frou-frou des chauve-souris et les joncs argentes aux plumets gigantesques.