Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Interdits d’enfants : le temoignage unique de parents ayant eu recours a une mere porteuse

Auteur : Dominique Mennesson | Sylvie Mennesson

Date de saisie : 28/05/2008

Genre : Biographies, memoires, correspondances…

Editeur : Michalon, Paris, France

Collection : Document

Prix : 17.00 / 111.51 F

ISBN : 978-2-84186-454-6

GENCOD : 9782841864546

Sorti le : 29/05/2008

  • Les presentations des editeurs : 06/06/2008

Sylvie et Dominique Mennesson sont les symboles malgre eux des revolutions familiales contemporaines. En 1998, apres avoir decouvert l’infertilite de Sylvie, ce couple decide de devenir parents grace a une mere porteuse. Cette grossesse par procuration etant illegale dans notre pays, ils choisissent de se rendre en Californie, un Etat americain precurseur en matiere de gestation pour autrui (GPA). Apres trois ans d’attente et d’espoirs decus, Mary, leur gestatrice, donne naissance a deux superbes jumelles, Isa et Lea. Sylvie et Dominique sont enfin parents.
Mais, en France, cette filiation est contestee et leurs filles se retrouvent comme des sans-papiers, enfants de personne. Le couple va devoir affronter sans relache la justice francaise pour etre reconnu comme le pere et la mere de leurs propres filles. Leur combat, soutenu par des personnalites telles qu’Elisabeth Badinter, Genevieve Delaisi de Parseval ou le professeur Francois Olivennes, va ebranler bien des certitudes et relancer le debat sur la bioethique. Interdits d’enfants, l’histoire bouleversante d’une famille trop extraordinaire pour notre societe et une reflexion intime sur les nouvelles formes de parente.

Sylvie et Dominique Mennesson vivent en region parisienne. Ils ont cree l’association CLARA afin d’ouvrir le debat sur la gestation pour autrui.

  • Les courts extraits de livres : 06/06/2008

Extrait de l’introduction :

Sylvie et Dominique
Si j’ai bien compris, vous avez invente une nouvelle facon de faire des bebes, nous a lance Isa, le 25 octobre 2007, alors que nous celebrions son septieme anniversaire ainsi que celui de sa soeur jumelle, Lea. Un anniversaire plus magique que les precedents : ce meme jour, la cour d’appel de Paris confirmait la filiation de nos deux filles jumelles nees en Californie en 2000 grace a une mere porteuse, Mary. Ainsi, dix ans apres nos premieres demarches pour essayer de trouver des solutions a un grave probleme d’infertilite, apres des mois d’espoir decu et d’angoisse avant la naissance de nos deux enfants et apres des annees d’enfer judiciaire, notre pays, la France, nous reconnaissait un droit elementaire : celui d’etre les parents de nos filles. Cette decision a priori ordinaire – quoi de plus naturel que la parente ? – represente en realite une immense avancee pour nous, mais aussi pour des milliers d’hommes et de femmes dans notre pays. Nous sommes, en effet, le premier couple ayant fait appel a la gestation pour autrui (GPA) a etre pleinement reconnu comme pere et mere depuis la loi de bioethique de 1994. Mais des annees d’acharnement judiciaire – au risque de nous repeter – ont ete necessaires pour en arriver la, notre legislation, a la difference de celles de nos voisins et de grands pays occidentaux, interdisant, voire punissant, le recours a une mere porteuse. Toutefois, notre horizon n’est pas encore parfaitement degage, l’avocat general de la cour d’appel de Paris, representant du ministere public, ayant depose un pourvoi en cassation. La plus haute juridiction devrait rendre son arret au moment de la sortie de cet ouvrage. Ses magistrats considereront-ils que notre statut de parents est conforme a la loi ? Mais, qu’est-ce qu’etre parents ? Cette question fondamentale, nous nous la sommes posee des le debut, avant meme d’opter pour la GPA. Dans la situation ou nous nous debattons depuis toutes ces annees, des journalistes, des magistrats, des specialistes, des policiers distribuent parfois les titres de pere ou de mere sans veritable reflexion prealable et surtout sans se mettre a la place des enfants. Ne meritent-ils pas simplement que l’on respecte leur situation familiale ? Ainsi, une journaliste a ecrit qu’un enfant pouvait avoir jusqu’a cinq parents si on comptait : les deux personnes qui relevent, la donneuse d’ovules, le donneur de sperme et la mere porteuse. N’est-ce pas un peu abusif ?