Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Je suis la fille du voleur

Auteur : Jean-Francois Chabas

Date de saisie : 06/03/2008

Genre : Jeunesse a partir de 9 ans

Editeur : Ecole des loisirs, Paris, France

Collection : Neuf

Prix : 8.50 €

ISBN : 978-2-211-08939-5

GENCOD : 9782211089395

Sorti le : 06/03/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Marie-Pascale Raynaud de la librairie CULTURA a MANDELIEU LA NAPOULE, France – 26/03/2008

Alors que son pere est en prison pour vol, Dora jeune fille de onze ans recoit comme cadeau de Noel chez sa tante un cahier Daffy Duck.
C’est dans ce cahier qu’elle va se livrer, se shampouiner l’interieur de la tete, et nous faire partager jusqu’au proces de son pere, ses sentiments, ses craintes et son admiration pour son papa, pret a tout pour conserver et proteger sa montagne et sa fille.
Ce journal est marquant, touchant, grincant. Dora se livre sans complexe et nous donne son point de vue – avec beaucoup d’humour – sur les choix de son pere : son combat pour preserver la montagne, sa lutte contre la societe de consommation.

Un texte poignant, vivant et engage. Un bel hymne a la nature, a la solidarite.
Un gros coup de coeur !

  • Les presentations des editeurs : 29/02/2008

C’est Noel. Pour tout cadeau, j’ai eu un cahier pourri et mon pere est en prison.
Oui, je suis la fille d’un voleur.
Et d’ailleurs, je vais dire pourquoi dans mon cahier.
Mon pere, c’est un heros. Il est fort, il est drole, il est bon.
Mais voila, on a voulu lui voler sa montagne et son ame.
Il ne fallait pas.
C’etait sur qu’il allait devenir fou.

Jean-Francois Chabas est ne en region parisienne en 1967. Apres une adolescence mouvementee, il a exerce trente-six metiers avant de se consacrer exclusivement a l’ecriture. Il vit en Provence, apres avoir explore entre autres le Pays basque et les Alpes. Il a publie plus de vingt romans chez Casterman, Hachette jeunesse, Thierry Magnier, et dorenavant a l’Ecole des loisirs, obtenu pour eux de nombreux prix, et fait son entree en litterature adulte debut 2004 avec un roman sur la mafia albanaise, “Les violettes” (Calmann-Levy).

  • Les courts extraits de livres : 29/02/2008

25 DECEMBRE

Youpi ! Yes yes yes ! C’est la fete ! Ils m’ont offert un journal. Enfin, ils appellent ca un journal, mais c’est une sorte de cahier tout pourri avec Daffy Duck sur la couverture. Pour noter ce qui te passe par la tete, ils ont dit. Voila mon cadeau de Noel. Bon.

26 DECEMBRE

Les autres, ils auraient pu laisser sortir mon pere pour les fetes. C’est ca qui me passe par la tete. On peut meme dire que ca ne fait pas que passer. C’est une idee bien installee, elle me fait bouillir le cerveau. Je suis tellement en colere que je n’arrive pas a ecrire combien. J’ai donne un coup de poing dans le mur mais comme c’est du crepi je me suis arrache la peau et ca a commence a saigner. J’ai pose un Kleenex dessus et je suis revenue au journal. De toute facon je ne veux parler a personne. J’aime bien Daffy Duck. Il a un cote cingle ; ca, ca me plait. Et puis sa voix, aussi. Ce que je vais faire, je crois, c’est que quand je vais ecrire la-dedans, ca sera comme si je parlais a Daffy. Les fous, ils discutent avec Jeanne d’Arc, Napoleon, ou une fourmi. Moi, ce sera Daffy et puis voila, ceux qui ne sont pas contents ils n’ont qu’a manger leurs dents.
C’est parti : Daffy, on t’a deja dit que tu as de belles plumes noires ? Hmm ? Je les adore, tes plumes, vilain petit seducteur. N’est-ce pas que tu es un vilain seducteur ? Ton bec est tellement sexy. J’aimerais bien que tu me pretes une bombe, un enorme marteau, un de ces trucs que vous avez dans les toons, et je pourrais m’en servir pour transformer en puzzle les gens qui ont enferme mon pere. Non, pas en puzzle. En poudre. Ou en liquide, c’est bien, ca, un liquide ! Visqueux. Si on ecrabouille ce genre de personnes, ca donne forcement un liquide visqueux. Avec des grumeaux.

26 DECEMBRE, TARD

Daffy, j’ai bien reflechi, et c’est le grand marteau que je choisis. Ca me defoulera plus qu’une bombe. Il est une heure du matin. En fait, j’aurais du marquer 27 decembre la, au-dessus, mais c’est ecrit 26 et je n’aime pas les ratures. L’effaceur ou le Blanco, ca se voit.
Quand mon pere etait la – non : quand j’etais avec mon pere, quand j’etais avec lui, quand je le sentais dans la maison -, je dormais toujours tot et toujours bien. Je n’ai jamais veille si tard. Il me calme. Je pense que la raison principale, c’est qu’on rigole tout le temps et on se sent bien quand on a rigole. Ca detend. Mon pere, c’est le genre de gars, si tu tombes avec lui dans une crevasse du glacier du Tour, il te dira : Mon Dieu ! On a oublie les framboises pour le sorbet ! Alors qu’un gars normal, il se mettra a pleurnicher : On va mourir ! Maman !