Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Je suis un mauvais garçon ; journal d’une exploratrice des rythmes et des sons

Auteur : Marie Jaëll

Pour une femme, comment être indépendante ?
Comment produire une oeuvre au même titre qu’un homme ? Comment s’affranchir des modèles masculins ?
Elles sont très peu nombreuses au XIX e siècle, les femmes qui ont eu le courage de mener envers et contre tout une carrière de créatrice. George Sand en littérature, recevant combien d’injures. Mais en musique ? Pianiste prodige, compositrice, théori-cienne, écrivain, pédagogue, Marie Jaëll, que Liszt appelait « l’Admirable », en est une figure exemplaire.
Elle n’a cessé de lutter pour dépasser les limites que sa condition de femme lui imposait : « Je suis un mauvais garçon, écrivait-elle en 1877. Je ne suis plus du tout la Marie qui jouait du piano, qui cousait, qui parlait, je suis un être neuf, tout neuf, qui ne fait qu’écrire et plonger en soi-même. » La grande Catherine Pozzi qui fut son élève rend hommage en 1914 au magnifique chemin accompli :
« Aucune figure humaine n’est aussi fascinante. Le sentiment dominant qui en émane est la grandeur, quelque chose de ce qu’avaient sans doute les Prophètes. » On redécouvre aujourd’hui ses compositions :
Sonates, concertos, mélodies, musique de chambre.
Quant à sa méthode d’enseignement du piano, elle est toujours pratiquée et étudiée. Pourtant cette extraordinaire figure de femme et de créatrice reste encore peu connue. Marie Jaëll a laissé de nombreux textes : cahiers, journaux, lettres, essais. Les fragments ici rassemblés en une sorte de journal dessinent le portrait d’une personnalité exceptionnelle en contact avec les plus grands créateurs et les idées les plus innovantes de son époque, à l’aube de la modernité.