Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Jesus contre Jesus

Auteur : Gerard Mordillat | Jerome Prieur

Preface : Chantal Thomas

Date de saisie : 06/11/2008

Genre : Religion, Spiritualite

Editeur : Points, Paris, France

Collection : Points. Essais, n 610

Prix : 8.00 / 52.48 F

ISBN : 978-2-7578-1102-3

GENCOD : 9782757811023

Sorti le : 06/11/2008

Acheter Jesus contre Jesus chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 04/12/2008

Avec Jesus contre Jesus, les auteurs de la celebre serie Corpus Christi menent leurs propres investigations a travers les recits de la Passion et de la Resurrection. Ils eclairent d’un jour nouveau les contradictions innombrables entre les Evangiles et l’histoire, decouvrent des indices surprenants, explorent les hypotheses les plus audacieuses pour reconstituer les secrets de fabrication du Nouveau Testament.

Leurs temoins sont Lazare, Judas, Barabbas, Simon de Cyrene, Joseph d’Arimathie, Marie-Madeleine, toutes les figures obscures de cette histoire, et la plus obscure d’entre elles, celle de Jesus lui-meme, crucifie comme roi des juifs… Un personnage insaisissable sous les identites multiples que les evangelistes lui ont attribuees. Comment Yeshua, le prophete galileen, est-il devenu Jesus-Christ ?

Jerome Prieur et Gerard Mordillat

Ecrivains et cineastes, ils viennent de donner une suite a Jesus apres Jesus. L’origine du christianisme (Points Essais n 533) : Jesus sans Jesus. La christianisation de l’Empire romain (Seuil, 2008), qui prolonge leur nouvelle serie L’Apocalypse.

Preface de Chantal Thomas

  • Les courts extraits de livres : 04/12/2008

Les Evangiles, un texte mine

Le lecteur des Evangiles s’aventure toujours en terrain mine.

Mine, parce que pour beaucoup l’histoire de Jesus tient du livre d’images et que les images de Jesus minent le texte. A travers les cathedrales, les eglises, les musees du monde entier ou l’imagerie populaire, nous sommes convaincus d’avoir vu son histoire, d’en avoir ete temoins, de l’etre encore et toujours. Nous la connaissons par coeur : c’est l’enfant qui nait dans la creche de Bethleem entre le boeuf et l’ane, c’est la Vierge Marie le tenant contre son sein, c’est Joseph, son pere, le charpentier, ce sont les rois Mages venus l’adorer, c’est Jean-Baptiste le baptisant dans le Jourdain. Ce sont les douze disciples, ce sont les noces de Cana, c’est l’homme de Nazareth marchant sur les eaux, multipliant les pains, guerissant des malades, accomplissant des miracles, ramenant Lazare a la vie. Ce sont les marchands chasses du Temple, les Douze attables lors de la Cene, c’est la trahison de Judas, l’arrestation sur le mont des Oliviers, le jugement des grands pretres, Pilate se lavant les mains. C’est la Passion, le Golgotha, la croix gigantesque, la mort du Crucifie et Marie accablee de douleur. C’est la Resurrection, la sortie du tombeau, les apparitions aux pelerins d’Emmaus, Thomas qui ne croit que ce qu’il voit, puis le Christ qui s’eleve dans les nuees.
Depuis des siecles, nous vivons au rythme des jours qui scandent les etapes du destin de Jesus : Noel, Paques, l’Ascension… Sans le savoir, nous sommes les protagonistes et les spectateurs du drame interprete en son nom. Nous respirons et nous pensons a l’interieur du recit evangelique, de son modele, de son tragique, de sa morale, de sa structure mentale. Croyants ou incroyants, comme on dit, athees, agnostiques, chretiens ou non, Jesus-Christ fait partie de notre memoire, de notre conscience et de notre inconscient.