Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Jeunes filles sous influence : prostitution juvenile et gangs de rue

Auteur : Patrice Corriveau | Michel Dorais

Date de saisie : 11/11/2006

Genre : Sociologie, Societe

Editeur : VLB EDITEUR, Montreal, Canada

Collection : Des hommes et des femmes en changement

Prix : 18.10 / 118.73 F

ISBN : 978-2-89005-953-5

GENCOD : 9782890059535

Sorti le : 14/10/2006

Acheter Jeunes filles sous influence : prostitution juvenile et gangs de rue chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 16/09/2008

Pour un semblant d’amour, pour de l’argent vite envole, par gout du risque ou de l’aventure, mais aussi sous la menace, de nombreuses jeunes filles se retrouvent aujourd’hui entrainees dans la prostitution sous l’influence de gangs de rue. Ce proxenetisme rapporte gros. Et les nouvelles recrues ne manquent pas.

L’implication des gangs de rue dans la prostitution juvenile change les donnees du probleme et souleve plusieurs interrogations. Quelles sont les motivations des garcons qui se joignent a des gangs de rue ? Comment les gangs de rue recrutent-ils des adolescentes pour la prostitution ? Quels sont les profils types de ces adolescentes ? Qui sont les clients et pourquoi recherchent-ils de toutes jeunes filles ? Pourquoi est-il difficile de demanteler ces reseaux de prostitution ? Pourquoi les jeunes filles ont-elles du mal a temoigner contre leurs proxenetes et leurs clients ? Voila quelques-unes des questions auxquelles repond ce livre, qui est le fruit d’une enquete menee aupres d’intervenants sociaux et de policiers, ainsi qu’aupres de jeunes filles ayant ete impliquees dans la prostitution juvenile.

Professeur et chercheur a la Faculte des sciences sociales de l’Universite Laval, reconnu comme expert en sociologie de la sexualite, Michel Dorais termine ici une trilogie sur la prostitution, amorcee avec Les enfants de la prostitution (VLB editeur, 1987) et poursuivie avec Travailleurs du sexe (VLB editeur, 2003). Ses recherches et ses ouvrages sont traduits en plusieurs langues.

Patrice Corriveau est professeur au Departement de criminologie de l’Universite d’Ottawa. Il publie egalement, chez Septentrion, Du buchera la mairie. Une histoire de la repression des homosexuels en France et au Quebec du XVIIe siecle a aujourd’hui.

  • Les courts extraits de livres : 16/09/2008

Plusieurs auteurs et intervenants notent toutefois que la violence et la criminalite ne constituent pas l’essentiel des activites quotidiennes de la plupart des gangs de rue, lesquelles se caracterisent aussi par le flanage et l’oisivete. Seul un faible pourcentage des jeunes membres de gangs de rue aboutiraient a une criminalite severe et soutenue. Le chercheur Marc Perreault (2005) resume tres bien le sentiment d’une majorite d’intervenants que nous avons rencontres lorsqu’il ecrit : Faire partie de la gang, c’est accepter de s’identifier a un certain niveau de violence, meme si, au debut, on peut tres bien ne pas etre tout a fait conscient des implications graves liees a cette violence.
L’essor des gangs de rue, tels que nous les connaissons aujourd’hui au Quebec, date d’une vingtaine d’annees, lorsque ces groupes ont commence a devenir plus importants, plus visibles et surtout plus derangeants pour les autorites et les citoyens. Avec le temps, les jeunes d’hier ont grandi, certains membres de gangs sont aujourd’hui dans la quarantaine ou meme la cinquantaine. La vie facile, eloignee de toute routine et centree sur l’instant present qu’ils ont connue adolescents ou jeunes adultes grace aux revenus de leurs mefaits, ces hommes n’ont jamais cesse de vouloir la poursuivre. Certains d’entre eux sont devenus des criminels experimentes, capables de rivaliser avec les hommes des mafias non seulement sur le plan des affaires, mais aussi sur le plan de la violence qu’ils sont prets a deployer. Maurice Cusson (2005) fait remarquer que, la plupart du temps, ou les gangs sevissent, leurs membres sont les premiers responsables de la violence criminelle de l’endroit.
Selon les autorites policieres, les effectifs des gangs de rue ont quadruple en douze ou quinze ans au Quebec, suivant en cela une tendance nord-americaine. Hormis leurs activites disons plus traditionnelles, les gangs ont pris le controle de certains bars et restaurants du centre-ville de Montreal, par exemple, et ont fait sentir leur presence menacante (notamment par l’intimidation) dans des endroits publics tels que le metro. Si les experts s’entendent pour dire qu’il n’y a pas plus de gangs qu’auparavant en nombre absolu, en revanche leurs effectifs respectifs ont sensiblement augmente. Les gangs attirent un nombre croissant de jeunes dont l’age est de plus en plus precoce – il n’est pas rare que des jeunes adherent a un gang des 10,11 ou 12 ans et qu’ils rivalisent alors pour y faire leur place (le racket en milieu scolaire qu’on appelle le taxage, par exemple, debute de plus en plus tot).