Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Journal 1940-1944 ; « que passent les heures, les jours, les nuits et que la France renaisse »

Auteur : Hélène Hoppenot

Dans le premier tome de son Journal 1918-1933, Hélène Hoppenot (1894-1990), femme de diplomate, nous entraînait de Paris à Rio de Janeiro, Téhéran, Santiago du Chili, Berlin, Beyrouth, Damas et Berne. Dans le deuxième tome (1936-1940), elle racontait avec verve les tractations secrètes et les décisions erratiques du gouvernement français. Son mari, Henri Hoppenot, est alors à la tête de la «?Sous-Direction Europe?» et tous deux sont proches d’Alexis Léger (soit Saint-John Perse), secrétaire général du Quai d’Orsay).
Au début du troisième tome, en 1940, nous retrouvons les Hoppenot en Uruguay?: «?Nous tous, exilés diplomatiques, sommes devenus des épaves.?» Soumis au rythme des chassés-croisés incessants, des ordres et contre-ordres incohérents, ils subissent l’illisible politique de Vichy. Malgré tout, Hélène Hoppenot garde espoir?: «?Depuis deux ans – et quels qu’aient été les désastres subis – j’ai toujours cru à la victoire de l’Angleterre. Par instinct et non, hélas, par raison. Un univers nazi est inconcevable.?» Elle va rapidement convaincre son mari qu’il lui faut choisir le général de Gaulle contre le «?terrible vieillard?» et le gouvernement de Vichy – dont Henri Hoppenot est pourtant le représentant légal à Montevideo – et contre Alexis Léger, qui voit en de Gaulle un futur dictateur. La tension et la complexité de ces années difficiles affectent le moral de Hélène Hoppenot, mais pas son sens critique?qui ponctue, en temps réel, les échos, les fausses nouvelles et les rumeurs qu’elle consigne…
Heureusement, elle retrouve de vrais amis sur le continent américain?: Gisèle Freund, Darius Milhaud, Jules Supervielle, Henri Seyrig, la famille de Paul Claudel… Et le tumultueux séjour à Montevido de Louis Jouvet et de sa troupe de comédiens en 1941 est une distraction bienvenue dans le désert culturel urugayen.
Après la démission de Henri Hoppenot, le 25 octobre 1942, ils partent sans regret pour les États-Unis, où ils retrouvent Alexis Léger et des intellectuels européens exilés. Traversée du désert… Mais c’est Henri Hoppenot, nommé à la tête de la délégation française à Washington, qui organise en juillet 1944 -?soit entre le Débarquement et la Libération de Paris?- le séjour à Washington et New York du général de Gaulle. Soutenu par Hélène Hoppenot, il fait alors partie de ceux qui contribuent à arracher aux autorités américaines la reconnaissance officielle du chef de la Résistance française.
Hélène Hoppenot était très consciente de l’importance de noter les propos entendus, les choses vues dans la coulisse, avant de les retrouver déformés ou censurés par les journalistes, comme Geneviève Tabouis ou «?Pertinax?», selon leur orientation… Ce Journal 1940-1944 livre donc quantité d’informations pour les historiens, tout en constituant un témoignage d’une grande honnêteté intellectuelle.

Édition établie et annotée par Marie France Mousli, qui a déjà proposé le Journal 1918-1933 de Hélène Hoppenot, paru en 2012, puis le Journal 1936-1940, paru en 2015.