Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Journal d’un piéton jacobin et romantique

Auteur : John Thelwall

John Thelwall (1764-1834), dont on redécouvre actuellement le rôle dans le développement des idées et des sensibilités romantiques, fut l’ami de Coleridge, de Wordsworth et de plusieurs hommes de lettres anglais de premier plan. Conférencier et agitateur social dans sa jeunesse ; poète et fermier pendant quelques années, il devint orthophoniste dans la dernière partie de sa vie.
Le grand intérêt de son journal de l’été 1797, tenu lors d’une excursion pédestre à l’ouest de l’Angleterre et au pays de Galles, réside dans son double sujet : les paysages et la société ; le contraste entre la beauté pittoresque des uns et les inégalités contenues dans l’autre. C’est un véritable tableau esthétique et social de son pays qu’il finit par nous offrir.
Aucune page de celui qui fut l’un des principaux théoriciens du mouvement de réforme britannique de la fin du XVIIIe siècle, en même temps qu’un randonneur excentrique, n’avait été traduite jusqu’ici en français.