Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La balle fantome

Couverture du livre La balle fantome

Auteur : Jean-Francois Chabas

Date de saisie : 30/10/2008

Genre : Jeunesse a partir de 9 ans

Editeur : Ecole des loisirs, Paris, France

Collection : Neuf

Prix : 8.00 €

ISBN : 978-2-211-09270-8

GENCOD : 9782211092708

Sorti le : 30/10/2008

  • Les presentations des editeurs : 16/10/2008

Ethan Blackmore pense que l’etre humain que le ciel lui a envoye pour sa punition, c’est elle : Rosa Rosales, Miss-cils-de-deux-metres, yeux noirs, langue de vipere…
A deux ans, au bac a sable, elle lui a donne un coup de rateau dans l’oreille. Aujourd’hui, c’est encore pire. Elle passe son temps a se moquer de lui tandis qu’il seche d’amour pour elle. Sa derniere invention ? Elle a voulu lui faire des couettes, a lui, le descendant d’une double lignee de gentlemen anglais et d’Indiens chiricahuas !
Comment faire pour lui clouer le bec ?
Ethan ne voit qu’un moyen.
Son pere possede un Coit Single Action Army calibre 45 gagne au bridge. C’est un revolver tres impressionnant. Son surnom : le Pacificateur. Il est cache. Il suffit de le prendre.
Peut-etre qu’il en faudrait plus pour pacifier Rosa Rosales. Mais surtout, a peine Ethan l’a-t-il sorti de sa cachette qu’il se fait voler le revolver par Thin, le personnage le plus inquietant de toute la region…

Jean-Francois Chabas est ne en region parisienne en 1967. Apres une adolescence mouvementee, il a exerce trente-six metiers avant de se consacrer exclusivement a l’ecriture. Il vit en Provence, apres avoir explore entre autres le Pays basque et les Alpes. Il a publie plus de vingt romans chez Casterman, Hachette jeunesse, Thierry Magnier, et dorenavant a l’Ecole des loisirs, obtenu pour eux de nombreux prix, et fait son entree en litterature adulte debut 2004 avec un roman sur la mafia albanaise, “Les violettes” (Calmann-Levy).

  • Les courts extraits de livres : 16/10/2008

Le revolver de mon pere etait un Coit Single Action Army, calibre 45, fabrique en 1927. Des plaquettes de crosse en noyer lisse, un metal simple, sans bleuissement ni decoration. Une arme faite pour l’usage, pas pour etre exposee dans une vitrine. Un revolver destine a tuer des gens. On ne chasse pas avec un Single Action.45, on ne tire pas non plus a la cible, sauf pour s’entrainer.
Tres tot, on a donne le nom de Peacemaker – le Pacificateur – a ce modele de chez Coit, mais c’est plutot ironique si on pense qu’il a tue des dizaines de milliers de personnes depuis sa creation a la fin du XIXe siecle.
Pourtant, mon pere, Julian Blackmore, etait un homme paisible. Je n’ai pas le souvenir de l’avoir jamais entendu elever la voix.

– Informations legales – Programmation : Olf Software – Accessibilite, CSS et XHTML : Gravelet Multimedia