Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La chatelaine de Mallaig

Auteur : Diane Lacombe

Date de saisie : 04/06/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Presses de la Cite, Paris, France

Collection : Grands romans

Prix : 21.00 / 137.75 F

ISBN : 978-2-258-07187-2

GENCOD : 9782258071872

Sorti le : 05/06/2008

  • Les presentations des editeurs : 05/06/2008

Dans l’Ecosse medievale, au coeur des Highlands, une jeune femme, mariee contre son gre a un chef de clan, se bat pour trouver sa place dans un univers hostile.

A dix-neuf ans, Gunelle Keith est donnee en mariage a Ian MacNeil, fils du chef du clan MacNeil a Mallaig. L’union est purement strategique et sert a reconcilier deux clans en lutte depuis des generations. La jeune fille, independante et cultivee, voit ce mariage comme un desastre. Elle est precipitee dans l’univers rude de Mallaig, au sein d’une famille marquee par le deuil.
En une annee, elle devra faire l’apprentissage d’une nouvelle langue, combattre l’indignite d’un epoux qui la rejette, subir l’incessante guerre entre les deux clans.
Femme de devoir, parviendra-t-elle a imposer ses valeurs a sa belle-famille, a gagner son estime, et enfin a apprivoiser son epoux ?

Un grand roman qui exalte les sentiments les plus forts. Diane Lacombe decrit avec fougue une heroine prisonniere des carcans de son epoque, en Ecosse, terre qui depuis toujours suscite fascination et passion.

Quebecoise nee a Trois-Rivieres, Diane Lacombe est une amoureuse inconditionnelle de l’Ecosse et du Moyen Age. On la surnomme meme la Jeanne Bourin quebecoise. Sa saga de Mallaig temoigne de sa passion, de son savoir et de son souci de reconstitution de cette periode.

  • Les courts extraits de livres : 05/06/2008

L’exil

Il avait plu pendant presque tout le trajet de la vallee de la Dee aux cotes ouest des iles, vers Mallaig. Tout dans notre strict equipage degageait une lourde odeur d’humidite : les vetements, la toile et le bois de chene de la voiture, le pelage gomme des chevaux, nos coiffes et nos coffres. Le tambourinement continu de l’eau sur les toiles ruisselantes de l’abri contribuait a l’atmosphere lugubre qui regnait sur nous depuis notre depart. On aurait dit que le temps brumeux et gris persistait a s’harmoniser a la desolation dans laquelle s’enfoncait resolument mon coeur. Chaque pierre que l’attelage foulait m’eloignait un peu plus de ma famille et du chateau qu’elle avait erige sur les rives de la Dee depuis, me semblait-il, la nuit des temps. Qu’y a-t-il donc de dramatique a quitter ses parents a l’approche de sa vingtieme annee ? ruminai-je.
Cinq jours de route ininterrompue dans les chemins boueux des montagnes ou j’allais, desolee, avec le seul soutien de mes deux servantes, de quatre gardes et hommes d’equipage, vers ma destinee. Celle de la troisieme fille de Nathaniel Keith, armateur prospere d’Aberdeen, donnee en manage au second fils de Baltair, chef du clan MacNeil, de Mallaig. Je ne me resignais pas au dechirement aussi total que definitif que representait pour moi cette expatriation. Si cette alliance avait toutes les allures d’un desastre pour mon esprit loyal et mon coeur inexperimente, je devais admettre qu’elle revetait un caractere hautement strategique pour les clans opposes qu’elle unissait ainsi.