Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La deontologie politique ou La pensee constitutionnelle de Jeremy Bentham

Auteur : Emmanuelle de Champs

Date de saisie : 21/04/2008

Genre : Sciences humaines et sociales

Editeur : Droz, Geneve, Suisse

Collection : Travaux de sciences sociales

Prix : 48.04 / 315.12 F

ISBN : 978-2-600-01171-6

GENCOD : 9782600011716

Sorti le : 14/02/2008

  • Les presentations des editeurs : 17/09/2008

Inventeur du neologisme deontologie, le philosophe anglais Jeremy Bentham (1748-1832) lui donnait pour but de fixer ce qui doit etre sous l’egide du principe de l’utilite, de concilier les interets prives et les interets publics.
Emmanuelle de Champs explore la branche politique de la deontologie benthamienne, l’art du legislateur, celui du droit constitutionnel, et la dimension morale de l’utilitarisme, qu’elle juge centrale dans le systeme philosophique benthamien. Elle montre que la theorie du langage et de la connaissance (dite theorie des fictions) est une veritable condition de possibilite de la reflexion politique : il s’agit de forger les outils necessaires a l’elaboration d’une morale de l’action publique. Loin d’etre le produit d’une conversion tardive a la democratie, la reflexion constitutionnelle habite l’oeuvre de Bentham des le debut des annees 1770. Au cours des annees, elle se nourrit des Revolutions americaine et francaise, de la montee des revendications radicales en Grande-Bretagne, puis des revolutions liberales du sud de l’Europe et d’Amerique latine au debut du XIXe siecle.
Etudiee dans son contexte, la deontologie politique benthamienne s’inscrit dans un dialogue avec Montesquieu et Blackstone, Burke et Paine, Mill et Macaulay. Elle apparait alors comme une etape majeure dans l’histoire des idees politiques occidentales.

L’AUTEUR

Ancienne eleve de l’Ecole Normale Superieure de Fontenay Saint-Cloud et agregee d’anglais, Emmanuelle de Champs est maitre de conferences a l’universite Paris VIII-Saint Denis et membre du Centre Bentham (Paris).

  • Les courts extraits de livres : 17/09/2008

Extrait de l’introduction :

Vers 1829, l’artiste Henry Pickersgill realise le portrait de Jeremy Bentham. Quelques annees a peine avant sa mort, le philosophe choisit de se faire representer en savant et en penseur, assis a sa table de travail, entoure de livres. Bentham est tout particulierement attentif aux images qu’il transmettra a la posterite, comme en temoigne le soin qu’il apporte a imaginer l’Auto-Icone, la mise en scene de ses restes apres sa mort, qu’on peut voir encore aujourd’hui dans les couloirs d’University College, a Londres. Bien que ses papiers n’en aient pas conserve la trace, il ne fait pas de doute que Bentham a choisi avec precaution les differents elements du decor dans lequel l’artiste le represente’.
Voila sans aucun doute possible un philosophe au travail. Un manuscrit pose sur la table temoigne de l’activite principale d’un penseur qui a laisse plus de cinquante mille feuillets a ses legataires. Sur les etageres figurent trois ouvrages tires de sa bibliotheque.
Le premier porte sur la tranche le nom LOCKE. L’ouvrage en question est tres probablement l’Essai sur l’entendement humain envers lequel Bentham reconnait sa dette a de nombreuses reprises. En se placant sous les auspices de John Locke, il inscrit son travail dans la lignee de celui de Berkeley et de Hume, mais aussi de Condillac, de Diderot et de Voltaire. Ne en 1748, il restera jusqu’a sa mort un homme des Lumieres qui nourrit l’espoir de contribuer au progres des societes par l’exercice de la raison.
Le second volume a pour titre Diarios das Cortes Geraes Extraordinarias e Constituintes da Nacao Portugueza, il s’agit d’un recueil comprenant les minutes de l’Assemblee constituante portugaise pour les annees 1820-1821. En decembre 1821, a la suite de la revolution de l’ete 1820, ses membres ont invite formellement Bentham a codifier le droit civil, penal et constitutionnel du pays. En gage de leur admiration, ils envoient au philosophe le livre ici represente. En avril 1822, Bentham commence la redaction de l’oeuvre qui occupera les dernieres annees de sa vie, le Code Constitutionnel. Lorsque le retablissement de la monarchie dans la peninsule iberique met un terme a sa mission codificatrice, Bentham se tourne vers la Grece et les pays d’Amerique Latine et leur destine l’ouvrage qui parait en 1830.
Seul le troisieme livre est issu de la plume de Bentham. La mention portee sur la tranche, Bentham on Moral Legislation, est la forme abregee de Y Introduction aux principes de morale et de legislation. Acheve en 1780 mais publie en 1789 seulement, il s’agit du premier ouvrage ou le philosophe definit le principe de l’utilite et ses applications en matiere juridique et morale. A la date ou le portrait est realise, il a publie plus d’une soixantaine de livres, pamphlets et articles. Il peut sembler surprenant qu’il choisisse de faire figurer ici l’un des plus anciens, invitant ainsi le public a s’y referer en priorite. Ce trait invite a prendre en consideration l’aspect systematique de la pensee de Bentham dont les principes fondamentaux sont poses tres tot, puis developpes, precises et appliques dans des registres differents au cours de sa carriere.
Derriere l’epaule droite du modele, on distingue un buste antique. L’inscription sur le socle indique qu’il s’agit de Solon, archonte et legislateur d’Athenes, qui donne a la cite sa constitution democratique au debut du VIe siecle, et dont Aristote a decrit l’arrivee en ces termes :

Comme la constitution etait ainsi organisee [sous les lois de Dracon] et que la foule etait l’esclave de la minorite, le peuple se revolta contre les nobles. Alors que la lutte etait violente et que les deux partis etaient depuis longtemps face a face, ils s’accorderent pour elire Solon comme arbitre et archonte ; et on lui confia le soin d’etablir la constitution.