Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La faille de la democratie

Auteur : Olivier Drochon

Date de saisie : 13/05/2007

Genre : Politique

Editeur : Benevent, Nice, France

Prix : 14.50 / 95.11 F

ISBN : 978-2-7563-0385-7

GENCOD : 9782756303857

Acheter La faille de la democratie chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 13/05/2007

Ce livre, dont le titre dissimule mal une certaine mefiance a l’egard de la democratie, n’est en aucun cas d’inspiration fasciste. Il est plutot le fruit d’un esprit d’abord democrate qui en est venu a se demander si, pour avoir eu raison des totalitarismes du XXe siecle, la democratie devait pour autant etre d’emblee regardee comme le meilleur regime politique possible. De sorte qu’il a cru bon d’interroger les fondements philosophiques de la democratie et de se demander ce qui a pu laisser le culte du quantitatif envahir le champ du politique au point de faire passer le regime qui demande l’avis du plus grand nombre pour celui qui etait qualitativement le meilleur.
Car l’idee selon laquelle il faudrait demander au peuple de choisir les politiques n’a rien d’une necessite absolue : elle est seulement conventionnelle. Regardons les scientifiques. Est-ce qu’ils considerent qu’une proposition validee par mille personnes incompetentes est plus vraie que celle validee par cent scientifiques competents ? Non. Alors pourquoi n’applique-t-on pas la meme idee au domaine politique ? Pourquoi ce culte du quantitatif, qui n’habite meme plus les scientifiques, gouverne-t-il encore notre systeme politique ? Pourquoi un programme politique valide par mille electeurs est-il cense etre meilleur que celui qui ne recoit que huit cents voix ? Pourquoi mille electeurs incompetents sont-ils plus qualifies a conduire le destin d’un pays que huit cents electeurs aux competences averees ?
Les problemes de la conduite d’une nation seraient-ils tellement moins importants que ceux inherents a la circulation routiere, au point qu’on laisse tout le monde et n’importe qui voter alors meme que l’on restreint l’usage des voitures aux plus competents, a ceux qui disposent d’un permis de conduire ?

  • Les courts extraits de livres : 13/05/2007

Nous croyons avoir devoile suffisamment de raisons de condamner la democratie telle que nous la connaissons pour cesser nos critiques. Mais ce regime politique a tellement envahi le champ politique actuel que nous sommes desormais face a un abime. Si l’on rejette la democratie, a quel type de regime politique se fier ? Comment se passer de la democratie sans sombrer dans la promotion d’un regime a vocation tyrannique ? Comment ne pas transformer nos intuitions anti-democratiques en certitudes despotiques ?
Pour remedier a cette angoisse du vide, il convient d’aller plus loin que le simple diagnostic des symptomes d’un regime qui s’est avere etre trop imparfait, meme pour les etres faillibles que nous sommes. Au-dela du simple listage des graves vices de la democratie, on se doit de rechercher desormais les sources philosophiques qui ont permis de faire de la democratie a la fois le regime politique le plus idolatre et le plus pervers qui soit.
Bien evidemment, le lecteur doit s’attendre a une tache aussi ardue qu’incertaine. Il serait bien pretentieux de vouloir identifier les causes exactes d’un phenomene aussi complexe que l’emergence d’un type de regime politique. Mais, plutot qu’identifier avec exhaustivite toutes ces causes, nous aspirons a rechercher les inspirations philosophiques a la source de la democratie afin de deceler les erreurs a ne pas commettre si l’on souhaite eriger un autre regime politique en modele.
Cette notion de modele peut choquer. Entend-on promouvoir un regime parfait, trop parfait, pour nous autres etres humains ? Veut-on implanter une nouvelle forme de tyrannie ? Nullement. Il nous faut trouver un modele de regime politique qui ne soit pas fait pour des Dieux (telle la democratie), ni pour des animaux (telle la tyrannie), mais bel et bien taille sur mesure pour les hommes. Car il ne s’agit pas de dire que la democratie n’est pas le meilleur des regimes humains; il faut encore montrer qu’il existe au moins un regime meilleur, quand meme ce ne serait pas le meilleur des regimes possibles.