Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La faute a Mick Jagger

Auteur : Cyril Montana

Date de saisie : 14/01/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Dilettante, Paris, France

Prix : 17.00 / 111.51 F

ISBN : 978-2-84263-147-5

GENCOD : 9782842631475

Sorti le : 04/01/2008

Acheter La faute a Mick Jagger chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le choix des libraires : Choix de Noemie Roussel de la librairie PRIVAT SORBONNE a NICE, France (visiter son site) – 14/01/2008

Les tentations de l’alcool, une mere a surveiller et… Angelica. C’est la le quotidien de notre narrateur, bien en peine a se cerner lui-meme et qui doit, en plus, gerer le grand besoin d’attention de “ses deux femmes”.
Simon, quant a lui, vit dans un monde d’adultes bien insouciants… ou tout au moins bien peu soucieux de ce petit garcon de cinq ans.
Cyril Montana signe ici un roman poignant. Le recit touchant de deux vies qui se croisent, celles de deux etres qui se ressemblent. Un roman moderne et touchant sur la solitude et l’abandon de soi.

  • Les presentations des editeurs : 24/11/2007

Sa mere, son pere. A quoi pensaient-ils. Ou etaient-ils, que faisaient-ils, que croyaient-ils. Ils etaient ailleurs. Ils dansaient, buvaient, fumaient, riaient, et peut-etre pensaient-ils. Mais a quoi.

  • Les courts extraits de livres : 24/11/2007

Ce n’etait pas que la porte etait bloquee, mais juste que j’etais tellement mal que je n’arrivais plus a sortir. J’etais coince dans une cabine telephonique. J’avais pose mon gros sac noir a mes pieds, celui qui n’a pas de rembourrage au niveau de la sangle et qui scie l’epaule quand il est bourre a bloc, comme c’est souvent le cas. Parce que je ne peux pas partir sans emporter ma maison avec moi, meme pour un week-end. Je suis bordelique, j’entasse a la va-vite. Je ne sais pas plier mes affaires. Quand j’essaie de m’appliquer, il y a toujours un moment ou je mets le sac a l’envers pour verifier que j’ai mis le nombre exact de calecons et de chaussettes, bien pris de l’aspirine et puis les bons bouquins. J’etais donc coince dans ma cage de verre et j’avais chaud. J’ai appele Edouard, je savais qu’il etait en week-end chez des amis a deux cents kilometres de la, a Limoges. Edouard, c’est mon ami, je peux toujours compter sur lui. On se ressemble, on est tous les deux des hypersensibles. C’est fatigant d’etre un hypersensible, tout nous touche tres fort. Des que je l’ai eu au bout du fil, je lui ai explique que j’etais venu a Niort pour voir ma mere chez qui j’etais cense dormir. Mais que la, voila, a neuf heures du soir, je me tapais une belle crise d’angoisse avec l’impression d’etre nulle part et l’envie de degager fissa. Il m’a dit ok bouge pas j’arrive. Il y avait deja facile trois mois que je me disais qu’il fallait que j’aille la voir, ma mere. Ca fait partie des devoirs d’un fils. Ca m’a retourne le bide quand elle a commence a me balancer ses histoires de la tete de Mick Jagger qui etait entree dans la sienne et qu’elle souffrait parce qu’elle etait plus grosse. Elle m’avait aussi demande si j’etais bien sur que c’etait elle qui me parlait. Hein dis-moi, c’est moi qui te parle la ou c’est Mick. A moitie accroupi sur mon petit tabouret en plastique bleu, je lui ai repondu que, oui, oui, c’etait bien elle. Ah bon d’accord alors. Elle m’avait aussi demande si je continuais a manger du jambon et si ca ne me semblait pas bizarre de manger l’esprit du cochon. Puis, elle s’etait mise a parler toute seule en riant nerveusement. C’etait incomprehensible, il etait question d’influences telepathiques avec des gens qui l’obligeaient a dire des choses a leur place, des individus tres negatifs qui s’etaient regroupes a Niort pour nuire aux autres. Apres deux ou trois heures passees avec elle, je me suis mis a flipper sec a l’idee de dormir la-bas. Elle m’avait pourtant tres gentiment prepare un lit dans la piece qu’elle reservait pour sa gymnastique, avec des nattes au sol, des elastiques pour s’etirer les bras et des posters de yoga aux murs. Elle n’a pas du tout compris quand je lui ai dit que je voulais partir.