Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La force de l’intuition : prendre la bonne decision en deux secondes

Couverture du livre La force de l'intuition : prendre la bonne decision en deux secondes

Auteur : Malcolm Gladwell

Traducteur : Danielle Charron

Date de saisie : 11/05/2007

Genre : Psychologie, Psychanalyse

Editeur : Pocket, Paris, France

Collection : Evolution, n 13228

Prix : 7.10 / 46.57 F

ISBN : 2-266-16878-9

GENCOD : 9782266168786

Sorti le : 19/04/2007

  • Les courtes lectures : Lu par Joachim Salinger – 06/06/2007

Telecharger le MP3

Joachim Salinger – 31/05/2007

  • Les presentations des editeurs : 06/06/2007

Pourquoi certaines personnes font-elles des choix judicieux alors que d’autres prennent toujours la mauvaise direction ? Pourquoi les meilleures decisions ne sont-elles pas automatiquement prises par ceux qui ont le plus gros QI ou qui possedent le plus d’informations ?

Dans ce livre-evenement, Malcolm Gladwell, s’appuyant sur les dernieres decouvertes en neurosciences et en biologie, revele le processus de la prise de decision et prouve que l’intuition, bien employee, est meilleure conseillere que de longues etudes ou reflexions. Elle nous permet en effet, en quelques secondes, d’evaluer au plus juste l’essentiel des situations. On sait, sans savoir pourquoi. Un texte provocateur et divertissant, qui devrait changer a jamais votre maniere de penser et d’agir.

Passionnant.
Catherine Siguret – Questions de Femmes

  • Les courts extraits de livres : 06/06/2007

L’enceinte de l’inconscient Le mystere des decisions eclair

Au tennis, on a le droit de s’y reprendre a deux fois pour servir, mais, si l’on rate sa seconde chance, on fait ce qu’on appelle une double faute. Vie Braden, l’un des meilleurs entraineurs de tennis au monde, remarqua un jour qu’il etait capable d’anticiper les doubles fautes. Qu’il regardat le match a la television ou en direct, qu’il connut ou non les joueurs ou qu’il s’agit d’hommes ou de femmes, il se trompait rarement.
– J’arrivais a prevoir les doubles fautes de femmes russes que je n’avais jamais vues de ma vie, dit-il. Il observait le joueur lancer la balle dans les airs et s’elancer pour la frapper : le Oh non ! Double faute ! qu’il laissait par moments echapper juste avant que la raquette n’entre en contact avec la balle se revelait exact presque a tout coup : la balle passait a cote, sortait du court ou finissait dans le filet. Ce n’etait pas une simple question de chance. Pour chaque centaine de services reussis, un joueur professionnel fait tout au plus trois ou quatre doubles fautes. Lors d’un grand tournoi qui se deroulait pres de son domicile, a Indian Wells, dans le sud de la Californie, Braden constata qu’il avait pronostique seize doubles fautes sur dix-sept. Pendant un moment, j’ai eu peur, se rappelle-t-il. J’ai litteralement eu peur. Toutes mes predictions s’accomplissaient alors que c’etaient des joueurs qui ne faisaient presque jamais de doubles fautes.
Dans sa jeunesse, Braden avait ete un joueur de tennis de niveau international. Maintenant septuagenaire, il a passe les cinquante dernieres annees a cotoyer, entrainer et conseiller certains des plus grands joueurs de l’histoire. C’est un petit homme exuberant et debordant d’energie. On dit qu’il en sait plus que quiconque sur les nuances et les subtilites de ce sport. Il n’y a donc rien d’etonnant a ce qu’il soit parfaitement capable d’evaluer un service en un simple coup d’oeil. La position du joueur, sa facon de lancer la balle, la fluidite de son mouvement sont autant de signes qui sollicitent son inconscient d’entraineur. Cette capacite n’est guere differente de celle de l’historien d’art qui distingue instantanement un faux d’un vrai kouros. D’instinct, Braden reconnait le giss de la double faute. Il procede a un balayage superficiel et il sait. Mais le hic, c’est que, a sa grande frustration, Braden ignore totalement comment il s’y prend pour savoir.