Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La formation des archivistes : pour relever les defis de la societe de l’information : actes de la cinquieme Journee des archives, 9-10 mai 2005

Auteur : service des archives de l’Universite catholique de Louvain | Paul Servais | Evelyne Vandevoorde

Date de saisie : 22/07/2006

Genre : Information

Editeur : Academia-Bruylant, Louvain-la-Neuve, Belgique

Collection : Publications des archives de l’Universite catholique de Louvain

Prix : 29.00 / 190.23 F

ISBN : 978-2-87209-841-5

GENCOD : 9782872098415

  • Les presentations des editeurs : 22/07/2006

Compte tenu des mutations radicales dans la nature et les perceptions des archives, les attentes vis-a-vis des archivistes ont evolue. En outre, les fonctions traditionnelles des archivistes se sont enrichies et developpees, tandis que de nouvelles competences ont complexifie le profil de l’archiviste ideal. Enfin, au cours des deux dernieres decennies, l’internationalisation des problematiques archivistiques s’est considerablement amplifiee, notamment du fait de la generalisation de la micro-informatique et de la diffusion extraordinaire de nouveaux moyens de communication.

L’objectif de ce volume est d’identifier les elements cles d’une formation archivistique pour le XXIe siecle, ses contenus fondamentaux, ses modalites pedagogiques et d’organisation. Et ce, en partant d’une logique de competences, en identifiant les besoins generes par l’exercice de chaque fonction archivistique, en reintroduisant une perspective de gestion a long terme et en se situant sans equivoque dans un environnement europeen. Les reflexions rassemblees ici constituent ainsi un vrai cahier de charges d’une formation en archivistique pour le XXIe siecle.

  • Les courts extraits de livres : 22/07/2006

Ce que l’on attend d’un archiviste a peut-etre ete defini une fois pour toute, il y a pres de 700 ans, par le roi de France Philippe le Bel qui, en 1309, decrivait ainsi le role de celui a qui il entendait confier la garde de ses archives : Qu’il voie, examine, mette en ordre et range dans les armoires les lettres, chartes et privileges, afin de les conserver le mieux possible pour qu’ils soient le plus surement et facilement utilisables lorsqu’il sera necessaire. Et qu’il fasse tout ce qu’il faut pour les conserver surement et les retrouver rapidement.

Sept siecles plus tard, la double mission confiee a l’archiviste, conserver l’information dans les meilleures conditions possibles et la rendre accessible, reste inchangee. Je me risquerai cependant a, pour le moins, preciser ces notions.

Mais avant de savoir ce que l’on est en droit d’attendre d’un archiviste public en France aujourd’hui, sans doute convient-il tout d’abord de definir ce que l’on entend par archiviste public: un homme ou une femme qui, apres avoir subi les epreuves d’un concours de recrutement destine a verifier son aptitude a exercer le metier d’archiviste, a ete reconnu apte a integrer la fonction publique dans sa specialite.

Rappelons qu’en France la fonction publique au sens large regroupe trois fonctions publiques: la fonction publique d’Etat, la fonction publique territoriale et la fonction publique hospitaliere. Nous retiendrons les deux premieres, la fonction publique hospitaliere ne possedant pas de corps specifique d’archiviste.

– La fonction publique d’Etat rassemble les administrations centrales (services centraux des ministeres) et les services deconcentres de l’Etat (antennes des ministeres implantees sur tout le territoire). Elle gere les corps de conservateurs generaux du patrimoine, de conservateurs du patrimoine, de charges d’etudes documentaires et de secretaires de documentation qu’elle emploie.

– La fonction publique territoriale recouvre les trois niveaux d’administration decentralisee que sont la region, le departement et la commune. Elle gere, quant a elle, les cadres d’emploi de conservateur territorial du patrimoine, d’attache territorial de conservation et d’assistant (ou assistant qualifie) territorial de conservation.