Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La guerre des sexes, ou, Le probleme est dans la solution

Couverture du livre La guerre des sexes, ou, Le probleme est dans la solution

Auteur : Nando Michaud

Date de saisie : 31/10/2006

Genre : Policiers

Editeur : TRIPTYQUE, Montreal, France

Collection : L’Epaulard

Prix : 24.55 / 161.04 F

ISBN : 978-2-89031-565-5

GENCOD : 9782890315655

  • Les presentations des editeurs : 31/10/2006

De passage a Quebec, Francois Langlois, journaliste a La Lecon, est temoin du meurtre d’une femme dont l’atrocite defie l’entendement. Un misogyne aurait-il pete les plombs ? Ne serait-ce pas plutot l’oeuvre d’un groupe masculiniste ultra ? On croit avoir identifie le coupable lorsqu’un autre assassinat tout aussi odieux plonge la ville dans la consternation. Lance sur une piste, Langlois fait des pieds et des mains (et du reste) pour demeler l’echeveau. De rebondissements en coups de theatre, il evente un complot d’un diabolisme a defriser tous les poils de chattes de la capitale. Dans ce style irreverencieux qui lui est propre, Nando Michaud livre ici son dixieme ouvrage, un thriller alliant l’humour a l’inconcevable pour entrainer le lecteur dans un feu roulant de peripeties. Frissons et rires (jaunes, parfois) garantis !

Nando Michaud vit de son clavier depuis longtemps. Mais comme la litterature nourrit surtout les illusions, il gagne sa croute comme negre. Il est conscient de se prostituer, mais n’en concoit aucune honte. Apres tout, dit-il en citant son copain Walter Hegault, ne devient pas pute qui veut ; encore faut-il obtenir le consentement du client. On lui doit trois titres parus chez Triptyque : Le hasard defait bien les choses (2000), Un pied dans l’hecatombe (2001) et Virages dangereux et autres mauvais tournants (2003).

  • Les courts extraits de livres : 31/10/2006

En attendant, Costard Un a ete atteint a l’oeil par un postillon houblonne et il fait une sale gueule. Mus par un reflexe de solidarite tribale, Costard Deux et Costard Trois s’empressent de l’imiter. L’offre, la demande, la valeur ajoutee, l’indice composite, les Bourses de New York et de Zurich, celles du patriarche de Constantinople, tout ca n’a plus d’importance. L’honneur d’un guerrier de l’emergence a ete bafoue : il faut obtenir reparation.
Mais les guerriers de l’emergence ne sont que des tigres de clavier. Ils ne savent se battre qu’avec des chiffres et a coups de mots de passe dans l’anonymat feutre d’Internet. Hors la realite virtuelle, ils perdent toute substance ; ils n’ont de dur que le disque du meme nom. Pour se donner une contenance, ils ouvrent leur laptop et se mettent a pitonner avec une rage fievreuse en roulant des yeux furibonds. Pendant qu’ils concoctent on ne sait quel cybersortilege, leurs prunelles encolerees oscillent entre leur ecran et les malapprises de la table voisine.
De toute evidence, Juliette se contrefout de ces regards qui les fusillent. Elle poursuit sur sa lancee en haussant le ton. Les gardiens de la loi du marche n’en manqueront pas une bribe, c’est certain.
– Tu me connais, Lea ? Je deteste contrarier les gens et je suis prete a n’importe quoi pour leur donner raison. Puisque le psy me disait nymphomane, je ne voulais pas le decevoir. Au lieu de m’allonger sur le divan de fonction, j’ai glisse une main fureteuse dans son pantalon – un vetement adapte aux urgences : seul un carre de velcro en defendait l’acces -et j’y ai peche une conscience professionnelle de belle taille qui jouissait deja d’une rigidite indeniablement freudienne. La compassion le disputait a l’ardeur a la tache, la soif d’apaiser la souffrance ponderait la rigueur scientifique.
– Arrete ! je vais pisser dans ma culotte, implore Lea.
Elle baisse le ton. Grace a mon materiel de journaleux moderne, je l’entends ajouter :
– Pire : tu vas declencher mes ragnagnas avant terme ! Je te previens : si tu bouleverses mon calendrier biologique, je te traine en cour !
Juliette poursuit son histoire sans tenir compte de la mise en garde.
– J’avais pris les devants, le psy s’est empresse d’assurer les arrieres. Il me fit mettre a genoux sur le meuble de tous les aveux, les coudes appuyes contre le dossier de facon a presenter a hauteur utile la face cachee de ma lune.
Lea ne se tient plus de rire. Juliette continue sa description en illustrant son propos de gestes eloquents.
– Homme de doigte et soucieux d’esthetique, il a etudie la scene afin de regler la choregraphie dans les moindres details. Un peu plus haut, un peu plus a gauche, non revenez legerement a droite ; c’est ca, relevez le fessier. Et ainsi de suite. La mise en place a necessite de longues minutes.
– Legerement clinique comme approche, mais ca vaut mieux que pas de preliminaires du tout.