Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La lampe d’Aladino et autres histoires pour vaincre l’oubli

Auteur : Luis Sepulveda

Traducteur : Bertille Hausberg

Date de saisie : 15/01/2009

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Metailie, Paris, France

Collection : Bibliotheque hispano-americaine

Prix : 16.00 / 104.95 F

ISBN : 978-2-86424-670-1

GENCOD : 9782864246701

Sorti le : 08/01/2009

Acheter La lampe d’Aladino et autres histoires pour vaincre l’oubli chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 13/12/2008

Aladino Garib dit le Turc, petit commercant palestinien, debarque a Puerto Eden, au plus profond du detroit de Magellan, et c’est de sa lampe que surgissent comme par magie des contes magistraux, de merveilleux romans miniatures et des histoires comme Luis Sepulveda en a le secret.
On y rencontre des personnages inoubliables dans leur dignite et leur humanite. On y retrouve, entre autres, un dentiste et son ami, vieux chasseur de jaguars et amateur de romans d’amour, une dame grecque d’Alexandrie, un marin de Hambourg amoureux, un fabricant de miroirs dans un hotel lentement devore par la foret amazonienne, aux confins de l’Equateur et de la Colombie, avant de partir pour une Patagonie que les fantomes de Butch Cassidy et Sundance Kid hantent encore grace a un chien bien dresse et un astucieux decouvreur de tresor.

Luis Sepulveda est ne en 1949 et vit actuellement dans les Asturies, en Espagne, apres avoir habite Hambourg et Paris. Il est l’auteur, entre autres, du Vieux qui lisait des romans d’amour, d’Un nom de torero, de Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit a voler, des Roses d’Atacama, de La Folie de Pinochet, d’Une sale histoire. Ses livres sont traduits dans 35 pays.

  • La revue de presse Delphine Peras – L’Express du 15 janvier 2008

Dans la veine de son Vieux qui lisait des romans d’amour, le Chilien Luis Sepulveda livre 12 nouvelles histoires. Drolatique…
Mais l’ecrivain convoque aussi son souvenir des choses de l’amour, aux premieres loges du Chili d’Allende, avant que n’arrive la longue nuit de terreur et de mort. Tour a tour fantasques – voire fantastiques – nostalgiques, drolatiques, ces 12 contes temoignent de la truculence et de l’empathie jamais epuisees de Luis Sepulveda.

  • Les courts extraits de livres : 13/12/2008

LA RECONSTRUCTION DE LA CATHEDRALE

A mes amies et amis des Asturies qui m’ont permis de retrouver la terre sous mes pieds

Ce voyage ne commenca a avoir un sens qu’a la vue des restes entasses pres de la Cathedrale ou, pour etre plus precis, de ce qui subsistait de la Cathedrale, hier encore une masure grandiose aux murs de cannes et au toit de tole ondulee sur laquelle regnait Eladio Galan. Un jour perdu dans les brumes de la memoire, le Colombien avait amarre son canot au quai d’El Idilio, etait descendu a terre avec cette allure de plantigrade qui confirmait sa condition d’homme aux pieds plats et, brandissant les deux precieux objets qu’il transportait – un accordeon et une bonbonne de rhum – avait crie d’une voix de stentor : messieurs, les rejouissances sont arrivees ! Neanmoins cette magnifique affirmation n’avait pas tire de leur torpeur les quelques villageois qui, a cette heure caniculaire, ne desiraient pas d’autre agitation que le doux balancement de leurs hamacs.
– Eh bien, mon vieux, nous y revoila, murmura le docteur Rubicundo Loachamin, le dentiste qui, dans un passe trop proche et donc a l’abri de la corrosion de l’oubli, parcourait les hameaux de l’Amazonie qui croissaient et decroissaient sur les berges des fleuves Zamora, Yacuambi et Nangaritza pour calmer les cauchemars dentaires a grand renfort de sermons anarchistes et reparer les sourires grace aux protheses qu’il exhibait sur un petit tapis digne d’un cardinal.