Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La libraire a aime

Auteur : Sophie Poirier

Date de saisie : 05/03/2010

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Ana editions, Bordeaux, France

Prix : 9.50 / 62.32 F

ISBN : 978-2-915368-07-9

GENCOD : 9782915368079

Sorti le : 25/04/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Max Buvry de la librairie VAUX LIVRES a VAUX-LE-PENIL, France (visiter son site) – 12/03/2010

Un homme et une femme se retrouvent chaque jour a une terrasse de cafe autour d’un whisky et… de livres. Corinne et Paul partagent leurs lectures, leur passion, leur metier, puis repartent chacun de son cote. Rien d’autre. Pourtant l’attachement se cree, indiciblement. Seule l’absence fera eclater au grand jour les liens invisibles qui se sont crees. Un jour, l’homme ne vient pas. La femme se rend compte qu’elle ne le connait pas et qu’elle est peut-etre passee a cote de quelque chose. Elle part a sa recherche dans une sorte de folie desesperee au cours de laquelle les rencontres toutes plus singulieres les unes que les autres la guideront dans sa quete. Un joli texte melancolique qui met en scene ces personnages atypiques que sont les libraires !

  • Le courrier des auteurs : 12/03/2010

Elles m’ont demande si j’etais d’accord. Oui, j’ai dit oui.
En janvier ou fevrier je ferai une lecture/dedicace a La Machine Lire.
Une Machine, dans sa definition premiere, c’est un systeme qui utilise une energie exterieure pour effectuer des transformations. Un livre, c’est une energie exterieure qui nous transforme.
Quand on a toujours vecu dans la meme ville, il y a des endroits comme ca qui font partie de sa vie. Des lieux qui comptent pour soi. Ces endroits qu’on montre a ceux qu’on aime.
Chez elles j’ai une carte de fidelite. On est fidele avec ces amours-la, on peut prendre une carte.
Chez elles, les livres sont poses sur des tables. J’aime bien ca les livres qu’on peut regarder, caresser. Je trouve les couvertures moins effrayantes que les tranches, ne pas etre obligee de se tortiller pour trouver un livre au milieu des autres. Poses sur les tables, c’est le regard qui vagabonde, la main qui glisse sur l’un, celui-la qu’on retourne, on ne cherche rien en particulier et tout fait envie.
Donc cette Machine a Lire, elle compte dans ma vie ici, a Bordeaux. Un endroit ou souvent je me suis refugiee, parce que meme tres seule je m’y sentais entouree, parce que meme juste a regarder les livres exposes j’allais mieux.
Quand elles ont mis mon roman au milieu des autres, sur la table centrale, avec les ecrivains, c’etait epoustouflant. Et je me suis privee de dessert : il m’a fallu quelques semaines pour oser y entrer a nouveau. Une fois dedans, j’evitais de regarder la table avec mon livre dessus. J’etais intimidee.
Et puis maintenant elles ont decide de m’accueillir, pour en lire des passages et en parler.
Elles disent qu’elles sont heureuses de DECOUVRIR, elles disent Il faut que la rencontre vous ressemble, que vous soyez bien.
Ca fait deja des annees que je suis bien chez elles…

Sophie Poirier

  • Les presentations des editeurs : 12/03/2010

On n’en sait rien. On est la assis en terrasse, au cafe d’a cote, comme chaque soir. Et puis il y a des gens qui vous observent et imaginent toute votre vie.
Une histoire inventee par Sophie Poirier, avec : la libraire, des pistes a suivre, un photographe amateur de cadavres, Paul Auster et sa femme, un oncle faussement russe servi par son nain fidele, une vieille Anglaise collectionneuse d’objets casses, un peu New York, un peu la mer, un peu le Sud…

Sophie Poirier, est nee en 1970 a Bordeaux, ou elle vit et travaille comme formatrice et redactrice.
La libraire a aime est son premier roman publie.
Tout comme son personnage, l’auteur a surtout voyage dans les livres. Le hasard lui fera pourtant croiser Paul Auster dans une rue de Brooklyn. De ce moment trilogie new-yorkaise, elle s’amuse a sa facon, comme un clin d’oeil respectueux a ceux qui lisent et qui ecrivent.