Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La naissance d’un père

Auteur : Alexandre Lacroix

« La paternite´ est la grande affaire de ma vie adulte. Elle a occupe´ une large partie de mon temps. Mon premier enfant est ne´ quand j’avais vingt-cinq ans ; mon cinquie`me quand j’en avais quarante-deux. Quatre garc¸ons, une fille. De deux me`res diffe´rentes.

J’ai attendu que le cycle des naissances s’ache`ve pour raconter cette expe´rience. J’en ressentais le de´sir depuis longtemps. Les romanciers, les intellectuels, s’ils e´voquent souvent leurs pe`res, restent tre`s discrets sur leur propre paternite´. En un sens, je les comprends. E´crire sur ses enfants, c’est prendre le risque de la partialite´. Et puis, comment alimenter le romanesque avec des petits pots ?

A` mesure que j’avanc¸ais dans l’e´criture, j’ai pourtant eu la sensation de relater une e´pope´e. Dans les romans de chevalerie, il y a des duels, des moments lumineux et violents ou` l’on joue sa peau – comme lors d’un accouchement. Il y a des e´preuves aussi – et s’occuper de ses enfants, c’est en affronter sans cesse. Il faut e´carter les dangers autour d’eux, en trac¸ant une route.

Si la filiation est une expe´rience e´pique, c’est encore qu’elle nous confronte a` notre propre mort. Nos enfants sont ce que nous laissons sur Terre apre`s nous. Dans la logique des choses, ils se trouveront re´unis autour de notre cercueil. Mais cela n’a rien de triste. A` mesure que nous vieillissons, nous transfe´rons sur eux notre amour de la vie. » A. L.