Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La perruque

Auteur : Fred Deux

L’auteur de La Gana renoue ici avec son personnage au point où il l’avait laissé à la fin de son premier roman. Il sort de l’enfance, on l’envoie à l’usine, il nous raconte sa fuite effarante devant les Allemands, ces «coupeurs de paluches», sur les routes de juin 40. Nous retrouvons dans La perruque la cave des gardiens d’immeuble misérables et sa plaque d’égout, les rats, l’escalier malodorant, le terrain vague voisin, le quartier sordide avec ses putes, ses cloches, ses gamins fiévreux, ses ivrognes.
Et toujours la même constellation familiale autour de l’enfant qui monte en graine, maigre, tendre et méchant, fou du besoin d’autre chose, et le cherchant avec acharnement dans le sexe, dans le vin et le vol, dans l’ordure et l’imprécation, dans d’impossibles rêves de fuite… Comme tous les «hommes de la famille», dont il se sent secrètement solidaire, l’adolescent se trouve coincé jusqu’à l’asphyxie dans l’univers des pauvres.
Dans cet effrayant récit d’un apprentissage au coeur d’un univers clos sans espoir, l’auteur avance avec sa musique à lui, boiteuse, sauvage, aride. Il va au-devant de l’horreur comme pour l’exorciser par son excès même, comme si écrire restait encore le seul moyen peut-être de «changer la vie».