Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La peur des betes

Couverture du livre La peur des betes

Auteur : Enrique Serna

Traducteur : Francois Gaudry

Date de saisie : 08/11/2007

Genre : Policiers

Editeur : Points, Paris, France

Collection : Roman noir

Prix : 7.00 / 45.92 F

ISBN : 978-2-7578-0605-0

GENCOD : 9782757806050

Sorti le : 08/11/2007

Acheter La peur des betes chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le choix des libraires : Choix de Christophe Dupuis de la librairie ENTRE-DEUX-NOIRS a LANGON, France (visiter son site) – 08/11/2007

“A quarante-cinq ans, amolli par les beuveries, corrompu par ses relations quotidiennes avec la pegre institutionnelle, Evaristo avait besoin de se rememorer qu’a un moment de sa vie il avait ete un journaliste honnete. Il en avait besoin pour se revoir dans ce passe et y assister, avec une stupeur renouvelee, a son naufrage dans la pourriture. Ainsi, au moins, evitait-il de s’accoutumer a l’abjection, qui pour Maytorena et les siens etait une habitude, une maniere d’etre. Il avait reussi, jusqu’a un certain point, a garder ses distances avec son chef, mais cela ne rachetait pas ses fautes. En tant que secretaire de Maytorena, il ne s’occupait que des taches administratives, na participant jamais aux arrestations ou fusillades. Mais s’il tirait une petite part de gateau des affaires de son superieur, il recevait aussi des eclaboussures de sang lorsqu’il y avait des cadavres a la cle. Il pressentait cette fois que ses remords ne seraient pas passagers : il avait deja les mains moites, comme si le suicide moral que l’assassinat de Roberto Lima allait entrainer pour lui.”
Evaristo Reyes est donc flic et travaille pour son boss, Maytorena, corrompu jusqu’a la moelle. La mort d’un ecrivain contestataire a qui il avait rendu visite quelques temps auparavant, va le mettre dans une position difficile. Reyes, mal aime, va avoir du mal a sauver sa peau…
Ce polar demontre qu’au Mexique (dont on retrouve la noirceur, les difficultes de s’en sortir…), le milieu litteraire peut etre plus corrompu (et oui) que celui de la police. Le debut avec le constat pose par Evario est excellent, le livre est captivant, bien mene, sanglant parfois, mais, malheureusement un peu plus faible sur la fin.

  • Les presentations des editeurs : 08/11/2007

Evaristo Reyes, flic a la police judiciaire mexicaine, s’est fourre dans un sale guepier. Charge de rendre une petite visite a un journaliste, il est le dernier a l’avoir vu vivant et par consequent le premier sur le banc des accuses. Obstine, Evaristo mene l’enquete en solo. Sage decision : entre magouilles politiques et corruption, mieux vaut ne faire confiance a personne…

Ne en 1959 au Mexique, Enrique Serna a recu le prix Mazatlan de litterature. Gabriel Garci Marquez dit de lui qu’il est un des plus grands ecrivains mexicains contemporains. Il est egalement l’auteur d’Amours d’occasion.

On avait deja repere la gouaille impertinente d’Enrique Serna. Avec cette Peur des betes, il s’en donne a coeur joie.

Telerama

Traduit de l’espagnol (Mexique) par Francois Gaudry