Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La quincaille des jours

Auteur : Francesco Pittau

(…) ce Gallo–Siculo-Sicane a nourri sa verve lectrice de la saveur naturelle et cependant subtile qui se dégage des merveilles inépuisables enchâssées dans le corps des textes sans chichi ni envolées lyriques d’un Reverdy, d’un Follain et d’un Godeau, géniaux poètes dédaigneux vis-à-vis de toutes les modes de passage. Dans la gueule d’atmosphère de cette poésie-pour-tous (à l’exception de ceux qui ne savent la déguster que coupée de tranches de prouesses lexicales aromatisées au parfum d’esperluette) on peut même reconnaître le tendre et dangereux visage de l’amour, et celui de la Barbara de cette Brest, dont il ne reste rien. Du coup, avec le bienveillant sourire gouailleur de Prévert, on peut entendre, au loin c’est-à-dire tout près de notre oreille interne Ce grand cet immense/silence des ville/sous la pluie dont Francesco nous gratifie. Tendons l’oreille : on y reconnaîtra la vie, la vie, telle qu’en poésie l’instant furtif la change. Gil Jouanard (extrait de la postface)