Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La terre chinoise (préface Peter Conn)

Auteur : Pearl Buck

C’était le dernier matin qu’il lui faudrait allumer du feu.
Il l’avait allumé chaque matin depuis six ans que sa mère était morte. il avait allumé le feu, fait bouillir et versé l’eau dans un bol qu’il portait dans la chambre où son père, assis sur son lit, toussait et cherchait à tâtons ses chaussures sur le plancher. chaque matin depuis six ans, le vieillard avait attendu que son fils lui apportât de l’eau chaude. désormais le père et le fils pourraient se reposer.
Il allait venir une femme à la maison. ainsi voit-on naître au début de la terre chinoise les rêves de wang lung. ils sont ceux d’un paysan de la chine éternelle, attaché à sa terre, soumis aux traditions séculaires, quasi féodales. mais nous sommes en 1931, et bientôt se lèveront les vents qui bousculeront cet ordre qu’il pensait immuable.