Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La Vendée littéraire t.2

Auteur : Collectif

Peux-t-on parler de Vendée littéraire ? L’expression porte en elle son ambiguïté ? Dans un premier ouvrage, un ensemble d’auteurs avait tenté de démêler cet écheveau dans une synthèse varia colore témoignant d’une inventivité et d’une richesse insoupçonnée. La Vendée a également inspiré des auteurs locaux et des plumes célèbres extérieures au lieu. Tous ont puisé en ce dépar-tement-province les sources de leur art passé au crible de leur sensibilité.
La moisson de cette deuxième édition rend compte de deux belles journées d’échanges. Le panorama s’inscrit dans un arc couvrant le XIIe siècle avec l’amour courtois au temps d’Aliénor d’Aquitaine, jusqu’au XXe finissant. Nous voyons comme en un défilé des hommes du temps jadis, apparaître le temps d’une communication : Agrippa d’Aubigné, La Popelinière, Réaumur, Richelieu, puis Octave Mirbeau, René Bazin, Paul Féval, Bernard Grasset, Pierre Menanteau, Yves Viollier. La dernière étape est consacrée au Monastère noir, cet extraordinaire témoignage du Hongrois Aladar Kuncz, retenu à Noirmoutier et à l’Ile d’Yeu au cours de la Première Guerre mondiale comme nom-bre de civils internés.
Jean-Marc Joubert, organisateur de cette manifestation qui réunissait l’ICES et le CVRH, offre aux lecteurs un ensemble composé où se mêlent densité du propos et variété des approches. Une forme de pluralité qui sied si bien à la Vendée, à ses paysages, ses habitants et ses coutumes.