Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La vitesse des choses

Auteur : Rodrigo Fresan

Preface : Enrique Vila-Matas

Traducteur : Isabelle Gugnon

Date de saisie : 12/09/2008

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Passage du Nord-Ouest, Albi, France

Collection : Traductions contemporaines

Prix : 25.00 / 163.99 F

ISBN : 978-2-914834-31-5

GENCOD : 9782914834315

Sorti le : 12/09/2008

Acheter La vitesse des choses chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 08/06/2009

[…] Balthazar Mantra a lance la mode de faire couler le sang des vivants dans les veines des morts afin de preserver leurs souvenirs et leurs histoires. De leur cote, les Moines Mantra s’obstinent a croire que Balthazar Mantra n’a jamais ete une personne, mais une chose : ce vent secret qui souffle sur les humains chaque fois qu’ils prennent conscience de la mort ou – c’est du pareil au meme – chaque fois que la mort prend conscience d’eux. Ce vent qui souffle a present sur moi…
Je suis arrive la en poursuivant la legende de Balthazar Mantra, auteur aussi mythique que radical de La Vitesse des choses. La vitesse des choses est la vitesse de la memoire. La memoire est tout. L’oeuvre est la memoire. […] Le son de la vitesse des choses est celui que Dieu produit quand il respire si loin de nous. On le retrouve un peu dans la seconde ou les marees changent ou dans le craquement du premier flocon de neige se detachant des cieux.
Voici l’histoire de ma deuxieme mort… Je suis le disciple oblige d’un maitre, le traqueur d’ossements historiques, l’amateur de bibliotheques decedees, le salaud poursuivi par le fantome de sa petite soeur depourvue de bras et, a nouveau, l’ecrivain argentin qui a survecu a tous les cataclysmes.
Pour des raisons evidentes, les precisions que nous aimerions apporter sur cet ecrivain de livres mutants nous echappent, d’autant plus que pour cette edition francaise, d’autres recits sont venus s’ajouter a l’ouvrage. […] Chaque fois que j’ecris sur La Vitesse des choses, je suis oblige de lire les nouveaux recits que Fresan a adjoints a son livre infini, qui est devenu finalement celui que j’ai le plus lu de ma vie.
Enrique Vila-Matas

  • La revue de presse Fabienne Dumontet – Le Monde du 8 janvier 2009

Avant qu’un unique narrateur ironiquement qualifie d'”ex-ecrivain argentin megafonctionnel et multiadaptable” ne vienne rassembler les quinze nouvelles de cet epais volume dans les dernieres pages, elles eclatent en une variete de voix qui se reprennent et s’emboitent, et de personnages qui se manipulent, s’inventent les uns les autres, s’entraident ou s’affrontent…
Tout comme dans Mantra, le livre suivant de Fresan, deja publie en francais (ed. Passage du Nord-Ouest, 2006), qui prenait comme sujet d’experimentation la ville de Mexico, le recit tente d’aller au-dela de la lecture lineaire, pour condenser les images, les reiterer, les suspendre en une chute, en un tir, en un plongeon. Au-dela de ses digressions theoriques, c’est dans ce laboratoire que Fresan est reellement etonnant.

  • La revue de presse Philippe Lancon – Liberation du 6 novembre 2008

La premiere edition de la Vitesse des choses, aujourd’hui traduit, a ete publiee il y a dix ans. Il y en a eu trois depuis, il y en aura d’autres. A chaque fois, l’auteur ajoute des textes…
La Vitesse des choses refuse de disparaitre. Le livre continue a grossir dans le ventre de l’auteur ; c’est sa vesicule litteraire, son canot de sauvetage. A bord, le kit de survie : livres, films, emissions, paysages, chansons, airs de rock, tout ce qui l’a fait vivre et rever. Le resultat est une auberge argentine : savant bric-a-brac de recits, de personnages, d’ames errantes, de souvenirs et de reflexions se refletant et se contaminant les uns les autres…
La vitesse des choses est celle de la conscience de Fresan au travail. Mais s’agit-il bien de conscience ? L’oeuvre semble avoir ete ecrite dans le coma par un facetieux et melancolique nourrisson de 35 ans.