Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La voleuse de livres

Auteur : Markus Zusak

Traducteur : Marie-France Girod

Date de saisie : 31/03/2008

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Pocket, Paris, France

Collection : Pocket. Best, n 13441

Prix : 7.70 / 50.51 F

ISBN : 978-2-266-17596-8

GENCOD : 9782266175968

Sorti le : 20/03/2008

  • Les presentations des editeurs : 03/04/2008

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent echapper a la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui reussissent a eveiller Sa curiosite.
Liesel Meminger y est parvenue.
Trois fois cette fillette a croise la Mort et trois fois la Mort s’est arretee.
Est-ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet interet inhabituel ? Ou bien sa force extraordinaire face aux evenements ? A moins que ce ne soit son secret… Celui qui l’a aidee a survivre. Celui qui a meme inspire a la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres…

Best-seller international, cette fable singuliere (…) envoute par son audace et son originalite. Forte, bouleversante (…).
Laurent Fialaix – Questions de Femmes

Ironique et paradoxal, mais jamais choquant, La Voleuse de livres appartient a ce genre hybride d’ouvrages destines a la fois aux adolescents et aux adultes (…).

Johanna Luyssen – Le Monde des Livres

Cet ouvrage a recu le prix Millepages Jeunesse

  • Les courts extraits de livres : 03/04/2008

MORT ET CHOCOLAT

D’abord les couleurs.
Ensuite les humains.
C’est comme ca que je vois les choses, d’habitude.
Ou que j’essaie, du moins.

UN DETAIL
Vous allez mourir.

En toute bonne foi, j’essaie d’aborder ce sujet avec entrain, meme si la plupart des gens ont du mal a me croire, malgre mes protestations. Faites-moi confiance. Je peux vraiment etre enjouee. Je peux etre aimable. Affable. Agreable. Et nous n’en sommes qu’aux A. Mais ne me demandez pas d’etre gentille. La gentillesse n’a rien a voir avec moi.

REACTION AU DETAIL CI-DESSUS
Ca vous inquiete ?
Surtout, n’ayez pas peur.
Je suis quelqu’un de correct.

Une presentation s’impose.
Un debut.
J’allais manquer a tous mes devoirs.
Je pourrais me presenter dans les regles, mais ce n’est pas vraiment necessaire. Vous ferez bien assez tot ma connaissance, en fonction d’un certain nombre de parametres. Disons simplement qu’a un moment donne, je me pencherai sur vous, avec bienveillance. Votre ame reposera entre mes bras. Une couleur sera perchee sur mon epaule. Je vous emporterai avec douceur.
A cet instant, vous serez etendu (je trouve rarement les gens debout). Vous serez pris dans la masse de votre propre corps. Peut-etre vous decouvrira-t-on; un cri dechirera l’air. Ensuite, je n’entendrai plus que mon propre souffle et le bruit de l’odeur, celui de mes pas.
L’essentiel, c’est la couleur dont seront les choses lorsque je viendrai vous chercher. Que dira le ciel ?
Personnellement, j’aime quand le ciel est couleur chocolat. Chocolat noir, tres noir. Il parait que ca me va bien. J’essaie quand meme d’apprecier chaque couleur que je vois – la totalite du spectre. Un milliard de saveurs, toutes differentes, et un ciel a deguster lentement. Ca attenue le stress. Ca m’aide a me detendre.

UNE PETITE THEORIE
Les gens ne remarquent les couleurs du jour qu’a l’aube et au crepuscule, mais pour moi, une multitude de teintes et de nuances s’enchainent au cours d’une journee. Rien que dans une heure, il peut exister des milliers de couleurs variees. Des jaunes cireux, des bleus recraches par les nuages, des tenebres epaisses. Dans mon travail, j’ai a coeur de les remarquer.

Comme je l’ai laisse entendre, j’ai besoin de me distraire. Cela me permet de conserver mon equilibre et de tenir le coup, etant donne que je fais ce metier depuis une eternite. Car qui pourrait me remplacer ? Qui prendrait le relais pendant que j’irais bronzer sur l’une de vos plages ou devaler les pistes a ski ? Personne, evidemment. Aussi ai-je decide, consciemment, deliberement, de remplacer les vacances par de la distraction. Inutile de preciser que je me repose au compte-gouttes. Avec les couleurs.
Mais, penserez-vous peut-etre, pourquoi donc a-t-elle besoin de vacances ? De quoi a-t-elle besoin d’etre distraite ?
Ce qui m’amene au point suivant.
Les humains qui en ont rechappe.
Les survivants.
Ceux-la, je ne supporte pas de les regarder, et je ne parviens pas toujours a m’y soustraire. Je recherche deliberement les couleurs pour ne plus penser a eux, mais j’en vois de temps en temps, effondres entre surprise et desespoir. Leur coeur saigne. Ils ont les poumons en charpie.
Ce qui m’amene au sujet dont je veux vous parler ce soir, ou ce matin – qu’importent l’heure et la couleur. C’est l’histoire de quelqu’un qui fait partie de ces eternels survivants, quelqu’un qui sait ce qu’etre abandonne veut dire.