Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La zone d’inconfort : une histoire personnelle

Auteur : Jonathan Franzen

Traducteur : Francis Kerline

Date de saisie : 11/09/2008

Genre : Biographies, memoires, correspondances…

Editeur : Points, Paris, France

Collection : Points, n 1995

Prix : 6.50 €

ISBN : 978-2-7578-1011-8

GENCOD : 9782757810118

Sorti le : 11/09/2008

  • Les presentations des editeurs : 25/09/2008

Une famille ordinaire du Missouri puritain des annees 1970. Une mere possessive, un pere desabuse. Deux fils : un hippie revolte et Jonathan Franzen himself, adolescent mal dans sa peau, equipe de biceps en fromage blanc, exclu du club tres ferme des gars cool du lycee, craignant les filles, mais vouant une passion delirante a Thomas Mann, a Charlie Brown et a Snoopy…
Je voulais vivre dans un monde a la “Peanuts ” ou la colere etait drole et l’insecurite adorable.

Ne en 1959, Jonathan Franzen grandit dans le Missouri. Rapidement, il s’impose comme l’un des vingt ecrivains pour le XXIe siecle. Ses romans Les Corrections et La Vingt-Septieme Ville sont disponibles en Points.

C’est fin, intelligent, profond, juste, sensible, drole, et sans aucun pathos.
Les Inrockuptibles

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Francis Kerline

  • Les courts extraits de livres : 25/09/2008

Maison a vendre

Il y avait eu une tempete a St. Louis, ce soir-la. L’eau stagnait dans des flaques noires fumantes sur le trottoir devant l’aeroport et, du siege arriere de mon taxi, je voyais des branches de chene s’agiter sous les nuages bas de la ville. Les routes du samedi soir etaient empreintes d’une sorte de langueur convalescente : la pluie ne tombait pas, elle etait deja tombee.
La maison de ma mere, dans Webster Graves, etait plongee dans le noir, hormis une veilleuse dans la salle de sejour. En entrant, je suis alle directement vers l’etagere a alcools pour me servir le verre que je me promettais depuis le premier de mes deux vols. J’avais un sens viking de l’appropriation : tout ce que je pouvais piller me revenait de droit. Je frisais la quarantaine et mes freres aines m’avaient confie la tache de choisir un agent immobilier dans le Missouri pour vendre la maison. Pendant tout le temps ou je resterais a Webster Graves, a travailler pour la propriete, l’etagere a liqueurs serait a moi. A moi ! Idem pour le climatiseur, que je reglai a un degre glaciaire. Idem pour le congelateur de la cuisine, dont l’ouverture immediate me parut necessaire en vue d’une inspection rigoureuse, dans l’espoir d’y denicher quelques saucisses de petit dejeuner, quelque ragout de boeuf maison, un bon gros truc savoureux que je pourrais rechauffer et avaler avant d’aller au lit. Ma mere avait le chic pour etiqueter les aliments avec la date de leur congelation. Sous de multiples sacs de canneberges j’ai trouve une tanche emballee qu’un voisin pecheur avait attrapee trois ans plus tot. Et, sous la tanche, une poitrine de boeuf de neuf ans d’age.