Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’agreable et le desolant

Auteur : Botty Clement Gnagne

Date de saisie : 18/12/2007

Genre : Poesie

Editeur : La Bruyere, Paris, France

Prix : 15.00 / 98.39 F

ISBN : 978-2-7500-0324-1

GENCOD : 9782750003241

Sorti le : 18/12/2007

  • Les presentations des editeurs : 19/12/2007

La Poesie sera toujours ce qu’elle aura decide d’etre : elle peut decider d’etre Souvenirs, et alors elle se mettra a evoquer le Passe, avec remords ou nostalgie.
Elle peut decider, a cette occasion, de devenir Divertissement afin que le passe soit depasse, car on ne peut pas y vivre eternellement…
Mais au Divertissement doit succeder la Revolte, pour dire toutes les Desolations vecues, car le Poete est celui qui parle et chante pour ceux qui n’ont pas de voix,
celui qui ecoute pour ceux qui n’entendent pas,
celui qui percoit pour ceux qui ne voient pas,
celui qui gronde pour ceux qui n’ont d’autre parole que le silence sur les levres.
Aussi le Poete doit-il faire ce qu’il fait sans craindre rien ni personne, car il est libre et agit au nom du Peuple dont il est le fils ; s’il s’eleve contre l’oppression et qu’il est opprime, il ne va pas reculer devant son combat car il aura le soutien du Peuple tout entier, et s’il doit mourir pour le meme combat, il mourra et deviendra auguste comme un martyr…
La Poesie peut aussi decider d’etre Metaphysique, alors elle chantera la Melancolie, aussi bien cette Melancolie personnelle que celle, universelle, qui semblent devoir habiter chaque etre : ainsi la poesie apportera la joie necessaire a rayer cette peine.
Quand la Poesie voudra depasser cet instant d’impuissance, elle pourra chanter l’Espoir : que le Poete rende hommage a ceux qui l’ont precede dans sa Fonction. Mais s’il commencait par ce fier hommage, il aurait plus de merite encore d’etre ecoute. Car a quoi bon chanter des Poesies nouvelles s’il ne faut rendre hommage a ceux qui y excellent ?
Si chacun peut comprendre tout cela, ou plutot si personne n’est a meme de le comprendre, que peut-on y ajouter qui ne soit superflu ?

Botty Clement Gnagne, ne en 1970 a Abidjan – Cote d’Ivoire – signe ici son premier recueil de poesie.

  • Les courts extraits de livres : 19/12/2007

Introduction :

QU’EST-CE QUE LA POESIE ? EN QUOI SUIS-JE POETE ? EN QUOI PUIS-JE L’ETRE ?

J’appelle Poesie, ce qui sort du coeur et de l’esprit a l’etat pur, conscient ou inconscient, et qui est travaille ou restitue en l’etat : une inspiration, un dechirement, un cri, un espoir, un mot, une idee qui est a l’origine d’une phrase, d’une reflexion appreciable, d’un texte, d’une chanson, d’un livre, d’une oeuvre architecturale, picturale, plastique, artistique. Le Poete est un monde enferme en un homme, ecrit Victor Hugo, qui sait bien de quoi il parle. Nous revelons, chacun a notre maniere, les mondes interieurs qui vivent en nous et qui nous font vibrer. Nous vivons au rythme de nos passions et nous en faisons des oeuvres que le Public est invite a decouvrir et a apprecier au fur et a mesure. Sans pretention, nous exprimons nos Poesies, c’est-a-dire nos mondes interieurs, avec des legendes, des symboles, des lumieres pour les eclairer, pour les faire voir et apprecier tels quels. Peu importe ce qu’on en pense ou ce dont on peut en penser, l’oeuvre est nee et la, presente, definitive. On ne pourra plus y revenir. Et c’est encore Hugo qui nous le dit : Tout homme qui ecrit, ecrit un livre ; ce livre c’est lui. Qu’il le sache ou non, qu’il le veuille ou non, cela est. De toute oeuvre, quelle qu’elle soit, chetive ou illustre, se degage une figure, celle de l’ecrivain. C’est sa punition, s’il est petit ; c’est sa recompense, s’il est grand. Je crois que cet homme, cet illustre ecrivain, nous a assez montre en quoi et combien on pouvait etre grand dans la vie. La Poesie, c’est le pouvoir de se realiser et de realiser ses reves. Je ne suis Poete que dans cette mesure-la. Autrement, je ne le suis pas, ou c’est ce qu’on me dit etre, mais c’est justement un autre qui le dit et qui doit le dire de moi. Moi j’ecris des Poesies, mais Victor Hugo, lui, est un Poete. Le plus grand de tous, a mes yeux. Car le plus genial, tout simplement.