Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’altana

Auteur : Hélène Bresciani

En Provence, la rencontre d’une femme et d’une maison. Cette maison, c’est l’Altana, du nom de la
terrasse en bois qui à Venise est posée “comme un nid” sur le toit des maisons.
Depuis l’Altana, le temps s’organise : celui des souvenirs, celui des retrouvailles, celui des allées et venues. Anna l’héroïne du livre a quitté à l’adolescence l’île où elle est née pour – elle se l’est promis – n’y jamais revenir. Mais ce n’est pas si facile… Il y a omniprésents, les sensations, les odeurs, les bruits, les traditions dont on se souvient, les gourmandises, la lumière de certains jours, le passage des saisons dans le jardin clos, l’idée de la mer… toutes ces choses qui parlent d’ailleurs et la ramènent immanquablement “là -bas”. Il y a les retours et cette nostalgie qu’ils engendrent. Il y a la peur aussi, celle de l’enfermement, de la solitude, de la folie… Malgré les liens – et il s’en crée d’autres – qui rattachent Anna à l’île de son enfance, c’est la fuite qui prévaut. Le retour à la maison-refuge, à la vie choisie, à l’anonymat. Ce livre sur la difficulté d’être Corse est aussi un hymne à la différence, le récit d’une vie de femme où se superposent au travers de périodes différentes, joies, peines, illusions et défis…