Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’altermondialisme est un communisme

Couverture du livre L'altermondialisme est un communisme

Auteur : Pierre Chaillan

Date de saisie : 10/09/2006

Genre : Politique

Editeur : Berenice, Paris, France

Collection : Cetace

Prix : 5.00 €

ISBN : 2-911232-74-7

GENCOD : 9782911232749

Sorti le : 10/09/2006

  • Les presentations des editeurs : 09/10/2008

L’auteur, Pierre Chaillan, souhaite ici susciter un debat politique et interroger chacun(e) sur son existence et sa responsabilite d’etre, ce retour sur soi salvateur qui caracterise l’humanite, a condition de ne pas croire a cette nouvelle religion de la finitude de l’histoire.

Son propos, au titre provocateur en reference a Sartre, salue le retour des idees.

J’ai lu avec un grand interet ce texte. Je partage l’orientation de son auteur : l’altermondialisme pourrait etre l’occasion d’une nouvelle donne pour le communisme, un nouveau communisme, capable de prendre en compte l’echec de l’experience sovietique.

Je partage egalement sa critique concernant l’indetermination de la ligne du PCF, sans elaboration d’un projet coherent.

Je comprends son enthousiasme : l’altermondialisme eveille, ne serait-ce que par sa formule cle Le monde n’est pas une marchandise, de grandes esperances apres des annees de plomb qui ont vu le triomphe du capitalisme liquide.

Pour autant, les promesses tenues dans le mouvement altermondialiste ne sont pas actualisees. Il reste a interroger la pluralite interne du mouvement, les contradictions de ses differentes composantes et a se demander si des reformes antiliberales suffisent a inverser irremediablement les mecanismes d’accumulation capitaliste.

De ce point de vue, ce texte comme manifeste pour une recherche commune a son autonomie et son mouvement. Et, il est stimulant.

Andre TOSEL

Andre Tosel est specialiste de philosophie politique. Professeur a l’Universite de Paris l-La Sorbonne et a Nice, il a travaille sur Spinoza, Hegel, Marx. Ses travaux portent sur la rationalite moderne, ainsi que sur les philosophies de la mondialisation.

  • Les courts extraits de livres : 09/10/2008

Extrait de l’avant-propos :

L’altermondialisme est un communisme. En disant cela, j’ai bien conscience que je heurte de nombreux militants. Qu’elles (ils) soient engage(e)s dans le mouvement de resistance a la mondialisation liberale ou qu’ils (elles) soient membres d’une organisation communiste…
Les altermondialistes peuvent, je le comprends, se sentir floues, recuperes comme il est de bon ton d’employer l’expression depuis les annees quatre-vingt. Annees qui, je le dis en passant, ont vu sensiblement reculer l’action collective, les solidarites au profit d’un individualisme ou le modele, celui du gagneur, etait illustre a merveille sur nos chers ecrans de television par un certain patron, dirigeant de club de football ! Annees aussi durant lesquelles ont commence a prosperer les theses xenophobes, les extremismes et les replis sur soi, annonciateurs des communautarismes et des rapports conflictuels d’aujourd’hui… Annees ou, en definitive, la politique a ouvertement capitule devant la loi dite du marche. Et cela n’est pas le fruit du hasard.
De leur cote, les communistes pourraient me reprocher de vouloir les amalgamer a un mouvement dont ils ne voient pas toujours les finalites et dont ils ne partagent pas toutes les aspirations.
Mon propos n’est pas de connoter politiquement un mouvement majeur de notre temps : l’altermondialisme. Je ne souhaite pas non plus dicter aux communistes ce qu’ils doivent faire ou penser vis-a-vis de ce dernier. Seulement ouvrir un debat. Modestement. Pour ce faire, il fallait bien le provoquer.