Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’anamnèse (POSTFACE DE JEAN-ADRIEN ZEUGUE)

Auteur : Philippe Milbergue

« L’ANAMNÈSE c’est d’abord un geste d’écriture. Un don. Un acte où écrire, transcrire, au sens où Antonin Artaud pouvait comprendre l’homme écrivant comme seul médium entre raison ou irraison, poser des faits exacts, exacts puisque le fantasme appartient toujours au corps désirant, exacts parce que racontés et mis en scène pour être ressentis comme narrativement biographique, qu’ils le soient ou non importe peu, exacts enfin parce qu’ils entrent en résonance avec la petite histoire collective d’une époque (la petite fille de Mexico), tend à composer un « autre » roman ».

Jean-Adrien Zeugue Philippe Milbergue a publié au cours de ces dernières années, une dizaine de recueils poétiques chez différents éditeurs ou revuistes (BETH OLAM, HORS COMMERCE, TOLEDE, ECRITS-VAINS, DECHARGES.) ainsi qu’une vingtaine de nouvelles (NOUVELLES NOUVELLES, NOUVELLES NUITS, L’ANACOLUTHE, RICERCARE, ECRITURE (Suisse) .).

Il signe ici un texte littéraire qualifié de « roman spiralé et fragmentaire » par Jean-Adrien Zeugue dans sa post-face.

L’ANAMNESE nous dit simplement qu’il n’y a pas de mémoire sans oubli et que, dans cette maladie de vivre, il faut parfois faire des choix : oublier pour se souvenir, même si cette mémoire peut être partagée entre mémoires vives et mémoires mortes, parfois mémoires des autres…