Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’ane de Schubert

Auteur : Andy Merrifield

Traducteur : Beatrice Vierne

Date de saisie : 18/12/2008

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Collection : Un endroit ou aller

Prix : 24.00 / 157.43 F

ISBN : 978-2-7427-7809-6

GENCOD : 9782742778096

Sorti le : 01/10/2008

Acheter L’ane de Schubert chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 19/12/2008

Je songe au plaisir anticipe que j’eprouve a l’idee d’apprendre a mieux comprendre les anes, et peut-etre a mieux comprendre le monde et moi-meme par-dessus le marche. Je me regale d’avance a l’idee de marcher et de parler, de marcher et de parler avec un ane, de descendre de mon velo, de le laisser appuye contre un vieux mur en pierre. Je me regale d’avance a l’idee de me faire un nouvel ami dans notre vaste monde.

A. M.

Andy Merrifield est ne en 1960 a Liverpool, en Angleterre. Il etudie la philosophie, la sociologie, la geographie et acheve sa these de doctorat a Oxford en 1993 En 2003, lasse de sa vie d’universitaire, il quitte New York pour s’installer dans une petite maison auvergnate. Andy Merrifield est biographe de Guy Debord et d’Henri Lefebvre.

  • La revue de presse Genevieve Welcomme – La Croix du 17 decembre 2008

C’est une histoire extraordinaire ; un conte de Noel ouvrant sur le bonheur et la sagesse, un hommage rendu a la tendresse de l’ane pour l’homme qui grelotte. Tout est vrai dans cette confession d’un ecrivain britannique qui nous entraine sur les routes d’Auvergne en compagnie de Gribouille, petit ane chocolat. Non, n’allez pas imaginer que l’on vous entretient ici d’un nouveau Peter Mayle decouvrant, apres le Perigord et le Luberon, les charmes bucoliques du Massif central : aucun embobinage touristique dans l’entreprise d’Andy Merrifield. Plutot le solde d’une crise existentielle qui trouve sa resolution heureuse, chemin faisant avec un ane…

  • Les courts extraits de livres : 01/10/2008

JE N’ARRETE PAS de penser a Schubert. Sonate pour piano, n 20. Son envoutante melancolie est gravee dans mon cerveau, tandis que je pedale en direction du ciel. Les accords de Schubert, lents, precis, economes, resonnent en syncope avec le lent moulinet de mes jambes et mes respirations profondes et rauques. J’ecoute la musique de la verdure qui m’entoure, pas besoin de radio. Les sombres sonorites sont curieusement exaltantes sous le soleil de l’apres-midi. Juche sur mon velo pres de chez moi, en Auvergne, je gravis un col eleve. Je pars ainsi quand il ne fait pas encore trop froid, avant l’arrivee de la neige. La route etroite grimpe en lacets interminables, traversant de minuscules hameaux qui regroupent de petites maisons de pierre, des granges abandonnees, avec a l’occasion un chien menacant et des poules qui gloussent : le Chambon, le Bancillon et Channat. Ce sont des endroits reels, du moins est-ce l’impression que j’en ai, mais des endroits ou le temps qui s’egrene parait n’avoir jamais quitte le Moyen Age.