Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’art du pastiche

Auteur : Dominique Goust

« Ce genre méconnu reste pour moi la parure suprême de la critique », dit du pastiche Jacques Laurent, orfèvre en la matière.
Véritable genre littéraire, en vogue jusqu’au début du XXe siècle, le pastiche se coule dans la plume d’un écrivain pour restituer et faire revivre sa langue et son esprit, sa voix singulière.
Pour partie, c’est un jeu qui vise à divertir le lecteur ; c’est également un exercice de haute école auquel se sont pliés les plus grands : ni Flaubert, ni Verlaine, ni Rimbaud, ni Proust, ni Valéry ne le trouvèrent indigne d’eux ; La Bruyère, Boileau, d’autres encore s’y étaient adonnés avant eux avec bonheur. Comme en peinture, l’imitation est ici la voie la plus sûre pour tenter de percer les secrets des Maîtres d’autrefois, s’il est vrai que l’art d’écrire est d’abord un artisanat qui s’apprend auprès de ceux qui l’ont porté à son sommet.
Quelque deux cents pastiches ont été ici rassemblés. Les grandes heures de la littérature française, du Moyen Age au XXe siècle, s’y reflètent comme en un miroir. Ces textes offrent une image souriante, amicale et complice de nos plus célèbres classiques qui ont prêté leur plume aux plus avisés, aux plus sincères, aux plus habiles de leurs admirateurs.
Le résultat est cette « anthologie buissonnière », qui permet de revisiter avec jubilation l’histoire de notre littérature via ses contrefaçons.