Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’attente du soir

Auteur : Tatiana Arfel

Date de saisie : 26/04/2009

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Corti, Paris, France

Collection : Merveilleux

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-7143-0986-0

GENCOD : 9782714309860

Sorti le : 08/01/2009

  • Le choix des libraires : Choix de Marion Revoyre de la librairie DU PARC / ACTES SUD a Paris, France (visiter son site) – 14/07/2012

Un premier roman d’une maitrise incroyable, ou l’on suit tour a tour, un vieil homme, directeur de cirque, une jeune femme prisonniere de son enfance et un petit garcon, abandonne dans un terrain vague.
Tatiana Arfel, en faisant parler ces trois solitudes, se joue de leur destin avec une tendresse implacable !

  • Les presentations des editeurs : 14/07/2012

Ils sont trois a parler a tour de role, trois marginaux en bord de monde.
Il y a d’abord Giacomo, vieux clown blanc, dresseur de caniches ruses et compositeur de symphonies parfumees. Il court, aussi vite qu’il le peut, sur ses jambes usees pour echapper a son grand diable noir, le Sort, fauteur de troubles, de morts et de melancolie.
Il y a la femme grise sans nom, de celles qu’on ne remarque jamais, remisee dans son appartement vide. Elle parle en lignes et en carres, et recite des tables de multiplication en comptant les fissures au plafond pour eloigner l’angoisse.
Et puis il y a le mome, l’enfant sauvage qui s’eleve seul, sur un coin de terrain vague abandonne aux ordures. Le mome lutte et survit. Il reste debout. Il apprendra les couleurs et la peinture avant les mots, pour dire ce qu’il voit du monde.
Seuls, ces trois-la n’avancent plus. Ils tournent en rond dans leur souffrance, clos a eux-memes. Comment vivre ? En poussant les parois de notre cachot, en creant, en peignant, en ecrivant, en elargissant chaque jour notre chemin interieur, en le semant d’odeurs, de formes, de mots. Et, finalement, en acceptant la rencontre necessaire avec l’autre, celui qui est de ma famille, celui qui, embarque avec moi sur l’esquif ballotte par les vents, est mon frere.
On ne cueille pas les coquelicots, si on veut les garder vivants. On les regarde fremir avec ces vents, dispenser leur rouge de velours, s’ouvrir et se fermer comme des coeurs de soie. Giacomo, la femme grise, le mome, que d’autres ont voulu arracher a eux-memes, trouveront chacun dans les deux autres la terre riche, solide et lumineuse, qui leur donnera la force de continuer.

Nee en 1979 a Paris, Tatiana Arfel publie ici son premier roman.