Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le Bugaled Breizh : secrets d’Etats autour d’un naufrage

Auteur : Laurent Richard | Sebastien Turay

Date de saisie : 10/01/2007

Genre : Documents Essais d’actualite

Editeur : First Editions, Paris, France

Collection : Documents

Prix : 19.90 €

GENCOD : 9782754002974

Sorti le : 10/01/2007

  • Le journal sonore des livres : Emmanuelle Cousin – 23/01/2007

Telecharger le MP3

Emmanuelle Cousin – 23/01/2007

  • Les presentations des editeurs : 16/01/2007

15 janvier 2004 : un chalutier breton, le Bugaled Breizh, chavire au large des cotes anglaises. 5 marins-pecheurs chevronnes disparaissent lors du drame, et toute la France est en emoi. Mais qui a coule le Bugaled ?

Une rocambolesque course-poursuite contre son agresseur presume est lancee. Les politiques designent un navire philippin, finalement innocente. Mais alors que s’est-il reellement passe le jour du naufrage ? Apres 6 mois passe au fond de l’eau, le Bugaled est renfloue pour expertise, afin de determiner les causes du chavirage. Un sous-marin ? Un exercice de l’OTAN etait prevu le lendemain du drame et de nombreux sous-marins sont deja sur zone ce 15 janvier. Mais un autre exercice, anglais cette fois, etait en cours a l’heure du naufrage. Informations cachees par les autorites anglaises et francaises pendant un an, qui ne pouvaient pas l’ignorer. 3 ans jour pour jour apres le naufrage, mensonges, omissions, manipulations, toutes les ficelles de la desinformation sont omnipresentes. Quelle terrible verite veut-on cacher ?

Laurent Richard est journaliste d’investigation pour le magazine Pieces a convictions de France 3. Sebastien Turay est realisateur et journaliste.

  • Les courts extraits de livres : 16/01/2007

A bord du Bugaled Breizh, ils sont cinq : Yves Gloaguen, 44 ans, le patron – Georges Lemetayer, 60 ans dans quelques jours, le chef mecanicien – Pascal Le Floch, 49 ans, le second mecanicien – Patrick Gloaguen, 35 ans, l’un des matelots – Eric Guillamet, 41 ans, le deuxieme des matelots. Ils viennent de vivre six jours eprouvants sous le vent violent et la houle qui formait par moment des vagues de pres de 10 metres de haut. Meme en ayant le pied marin et une endurance hors du commun, l’organisme en prend un sacre coup. Pour eux c’est un veritable soulagement que de se reposer quelques heures dans le port anglais. Chacun en profite pour allumer son telephone portable et appeler sa compagne. En mer, les telephones ne captent aucun reseau, et les familles restent souvent sans nouvelles pendant le temps que dure la maree, la quinzaine de jours ou les marins sont en mer. Il y a bien un telephone satellite a bord qui les relient a la terre en cas de besoin, c’est une securite, mais les communications coutent cher et sont donc reservees aux appels urgents. Pourtant certains appellent parfois, et a tour de role, leur compagne ou leur famille quand le temps se fait trop long. L’armateur du chalutier, Michel Douce, Mich’ Douce comme tout le monde l’appelle, a fixe des regles bien souples, pas comme sur d’autres bateaux ou la relation patron-equipage est bien moins bonne.
Justement Yves, a appele Mich’ Douce apres l’avis de tempete, pour lui dire qu’il prefere mettre le Bugaled et les hommes a l’abri. L’armateur lui a repondu de ne pas prendre de risque, et qu’il avait carte blanche. Mich’ fait entierement confiance a Yves sur ses choix. Les deux hommes se connaissent et travaillent ensemble depuis pres de 15 ans. Mich’ Douce est l’armateur du Bugaled mais aussi le veritable patron du bateau, c’est lui qui l’a fait construire en 1987, pour son propre compte.