Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le chemin de fer militaire a voie de 60 : vie et oeuvre du colonel Pechot

Auteur : Alain Meignier

Date de saisie : 16/10/2007

Genre : Sciences et Technologies

Editeur : J. Do Bentzinger, Colmar, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2-84960-115-0

GENCOD : 9782849601150

Sorti le : 16/10/2007

  • Les presentations des editeurs : 24/10/2007

De la voie Decauville a la voie Pechot, ou comment de 1882 a 1888, grace a des innovations majeures le capitaine d’artillerie Pechot transforma une voie de 0m60 a vocation industrielle pour la rendre apte a tout usage militaire notamment le transport des canons allant jusqu’au calibre de 320 m/m pesant quarante trois tonnes.

Pour cette voie de 0m60 le capitaine Pechot concu, avec le concours de l’ingenieur Charles Bourdon, les wagons capables de transporter lesdites pieces d’artillerie mais aussi la locomotive type artillerie 1888 a la silhouette si caracteristique -avec ses deux cheminees symetriques- qui devint emblematique du systeme de chemin de fer militaire a voie etroite.

Les qualites du materiel et de la voie allaient se reveler dans le service des places fortes de l’Est a partir de 1888 comme dans les ouvrages de la Ligne Maginot cinquante ans plus tard, ainsi qu’a l’epreuve de la guerre 1914-1918.
Tel est la trame de cet ouvrage avec en fil rouge le recit des evenements marquants de la carriere qui menera le capitaine Pechot au grade de colonel.

L’auteur, membre de l’association la Citadelle (fort de Villey-le-Sec) et de celle des Amis de Vauquois est passionne d’histoire militaire,. Il a beneficie pour l’ecriture de ce livre de la communication par Mr Raymond Pechot, petit-fils du colonel Pechot, de nombreux documents originaux issus des archives de son grand-pere.

  • Les courts extraits de livres : 24/10/2007

LES ANNEES DE FORMATION

Prosper Charles Marie Pechot est ne a Rennes (Ille et Vilaine) le 6 fevrier 1849.

Son pere, Francois Louis Prosper, medecin, ainsi que sa mere, Amelie Charlotte Eon du Val, etaient tous deux issus de vieilles familles bretonnes.

Apres avoir effectue sa scolarite au lycee de sa ville natale et obtenu son baccalaureat, il suivit une classe preparatoire de mathematiques au Lycee Imperial St Louis a Paris ou il fut interne, avec le projet de se presenter au concours de l’Ecole Polytechnique.

Ce choix lui fut peut-etre dicte par un certain atavisme. L’Ecole Polytechnique compta en effet parmi ses eleves, ses deux oncles paternels, le colonel Louis Pechot (1815 – 1868) X 1834 et le general Julien Charles Pechot (1820 – 1871) X 1838 ainsi que ses deux oncles maternels Henri Eon du Val (1819 – 1876) X 1836, ingenieur des Ponts et Chaussees, et Charles Eon du Val (1823 – 1904) X 1845.

C’est ainsi qu’il fut du nombre des huit cents jeunes gens qui un matin de l’automne 1869 se presenterent aux epreuves d’admission a l’Ecole Polytechnique auxquelles il fut recu 88e sur 136.

Il integra l’Ecole Polytechnique, qui etait alors etablie a Paris, dans les batiments de l’ancien college de Navarre, rue de la Montagne Ste Genevieve, le 1er novembre 1869.

Parmi ses condisciples, on note la presence de Joseph Joffre, futur Marechal de France, son cadet de trois ans.

L’etat signaletique figurant dans son dossier nous permet de connaitre l’aspect physique de l’eleve Pechot : de petite taille – 1 metre 60 – il a les cheveux blonds et les yeux bleus. Il est de forte constitution avec un visage rond et un nez fort.