Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le ciel dans la peau

Auteur : Edgar Chias

Edgar Chias utilise la narration scénique ou plus exactement la rhapsodie pour la scène, cette tradition de transmission orale des histoires depuis la nuit des temps pour éclairer l’histoire contemporaine, comme un miroir du passé qui éclaire le vivant. Dans le ciel dans la peau, l’interprète n’est pas seulement une jeune femme en train de mourir, ses agresseurs ou le personnage principal de l’histoire qu’elle lisait dans le bus mais incarne aussi le rhapsode, ce chanteur de poèmes populaires, LE conteur dramatique. Lorsque l’on a compris cela on comprend alors les multiples références à Shéhérazade dans les mille et une nuits : la jeune fille mourante doit, c’est vital, nous raconter son histoire, c’est la seule façon pour elle de rester en vie, de se raccrocher au réel. Les multiples allers et retours dans le passé prennent sens et pose la thèse du Ciel dans la peau : rien ne change, rien n’a changé ; les femmes du temps du roi Salomon jusqu’à aujourd’hui au Mexique et partout dans bien des endroits du monde sont dominées, utilisées (petit clin d’oeil à Franca Rame) chosifiées.

Anaïs CINTAS (metteuse en scène)