Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le corps d’après

Auteur : Virginie Noar

L’absence de sensations. Les inquiétudes irrationnelles. La peur que, soudain, tout s’arrête.
Alors, stupéfier les joies dans le sillon des lendemains incertains. Ne pas s’amouracher d’un tubercule en formation, c’est bien trop ridicule et puis, sait-on jamais, il pourrait.
Mourir.
Je me sens coupable. D’un bonheur qui ne vient pas.
Je me sens coupable. Des larmes insensées alors que je devrais sourire.
Et puis, ce matin-là, j’entends. Entre les quatre murs silencieux qui ne voient pas le désordre alentour, j’entends. Le balbutiement de son coeur.