Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le dernier amour du president

Auteur : Andrei Kourkov

Traducteur : Annie Epelboin

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : L. Levi, Paris, France

Collection : Litterature

Prix : 23.00 / 150.87 F

ISBN : 978-2-86746-384-6

GENCOD : 9782867463846

Acheter Le dernier amour du president chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 14/05/2006

President de la Republique d’Ukraine ? Rien ne predispose Serguei Bounine a occuper ce poste. Son imprevisible ascension, denuee de coups bas et d’ambition personnelle, se fait presque malgre lui. De la fenetre de sa salle de bains, son point d’observation prefere, il se rememore le passe : les annees de jeunesse a la sauce communiste, un frere jumeau pas si fou que ca, une mere preoccupee d’arrangements avec le systeme, le vieux David Isaakovitch amoureux de sa cabane sur une ile au milieu du Dniepr… Et maintenant, il lui faut affronter le postcommunisme, la greffe d’un nouveau coeur et tous ceux qui revent de l’empoisonner… Un roman premonitoire.

Ne en Russie en 1961. Andrei Kourkov vit a Kiev. Il commence sa carriere litteraire pendant son service militaire ou il est gardien de prison a Odessa, l’emploi ideal pour ecrire… Depuis Le Pingouin, il remporte un succes international. Il est aujourd’hui traduit en 21 langues.

  • La revue de presse Michele Gazier – Telerama du 15 juin 2005

C’est plus d’un an avant la revolution orange et les elections en Ukraine que Kourkov a ecrit Le Dernier Amour du president. Ce gros livre, aussi hilarant que terrible, raconte l’histoire d’un homme simple devenu president par hasard et qui, apres absorption d’un chocolat douteux, commence a se couvrir de boutons… Le postcommunisme n’est pas plus rejouissant que le communisme, suggere Kourkov, qui a choisi le rire en guise de resistance.