Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le diable et moi

Auteur : Michel Lauwers

Musique noire et littérature noire inspirent Michel Lauwers depuis qu’il sait lire et poser un vinyle sur une platine. Que la première soit appelée «bleu» et la seconde «polar» demeure pour lui un mystère car le «noir» leur va si bien. Après avoir publié deux romans «blancs», «Le Mont des Oliviers» et «Le Refuseur», il est heureux de publier son premier roman dédié à ces deux couleurs Le blues est la musique du diable. Mais le ciel est proche de l’enfer, et entre le blues et les musiques de Dieu que sont le spiritual ou le gospel, il n’y a souvent qu’un accord de différence.
Ce sont les paroles qui consacrent la perte de toute innocence. Fils ou descendants d’esclaves, les premiers «crieurs» de blues ont vendu leur âme au diable pour négocier des bribes de paradis sur terre. Ce contrat faustien a été conclu en un lieu lourd de symboles, un carrefour désert, à minuit, l’heure de tous les crimes.
Le bluesman Robert Johnson a repris la légende du carrefour à son compte. Peu après, quelqu’un le lui a réglé, son compte, un soir de l’été 1938 à Greenwood, Mississipi. Ignorant son décès, Alan Malox s’est lancé sur les traces de Johnson. Illustrateur pour une compagnie de disques, Malox est chargé de dessiner le portrait du bluesman. Arrivé à Greenwood, il apprend que le chanteur a été assassiné et qu’aucune enquête n’a été ouverte. Il décide alors de partir lui-même à la recherche de son assassin.