Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le double discours de Mallarmé ; une initiation à la fiction

Auteur : Annick Ettlin

Le nom de Mallarmé a longtemps été la bannière des avant-gardes dans leur combat pour l’autonomie radicale de l’oeuvre poétique : ni auteur, ni langage ordinaire, ni engagement ! Il y a pourtant, chez Mallarmé, une idée de la littérature qui se soustrait à son embrigadement moderniste.
Celui qu’on a longtemps cru « retiré au sommet de sa tour » a été un penseur de l’action poétique. En jouant d’une démystification radicale et parfois féroce de la littérature, contre tout « essentialisme », il a mesuré les pouvoirs de la poésie avec lucidité et pragmatisme.
Si Mallarmé a engagé une croyance quelconque dans la fiction, il l’a fait de manière décidée, joyeuse, ambivalente.
Relire ses textes et en saisir l’étonnante actualité théorique, c’est comprendre ce que notre nouvel horizon critique nous autorise aujourd’hui à aimer et à penser de la littérature.