Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le frere de Jesus : et les enseignements perdus du christianisme

Auteur : Jeffrey J. Butz

Date de saisie : 22/07/2006

Genre : Religion, Spiritualite

Editeur : Exclusif, Neuilly-sur-Seine, France

Prix : 18.00 / 118.07 F

ISBN : 978-2-84891-052-9

GENCOD : 9782848910529

  • Les presentations des editeurs : 22/07/2006

Jacques, le frere aine de Jesus, est depuis longtemps un sujet de controverse. Ce livre revele son vrai role en tant que successeur choisi de Jesus lui-meme. Il demontre que le message de base dans les enseignements de Jesus est une expansion, et non un rejet de la religion judaique.

Jacques a fait recemment la Une des journaux internationaux suite a la decouverte a Jerusalem d’un ossuaire qui portait l’inscription:

Jacques, fils de Joseph, frere de Jesus.

Ce fait troublant tendrait a prouver l’existence du frere de Jesus.

Se servant des Evangiles canoniques, des ecrits des Peres de l’Eglise et des textes apocryphes, l’auteur pretend que Jacques est le personnage le plus ignore de l’histoire de l’Eglise.

Il montre que les enseignements de base de Jesus sont fermement ancres dans la tradition hebraique. Il revele les batailles apres entre Jacques et Paul pour la suprematie ideologique dans l’Eglise naissante, en expliquant que les interpretations de Paul – celles qui ont fonde l’Eglise – sont a beaucoup de niveaux une trahison des enseignements de Jesus.

Jeffrey J. Butz devoile une nouvelle image de la chretiente et le vrai sens du message du Christ qui sont parfois en desaccord avec la doctrine chretienne etablie. Il en conclu que Jacques pourrait servir de lien, dont on a desesperement besoin, entre la chretiente, le judaisme et l’Islam pour guerir les blessures de nombreux siecles d’inimitie.

Jeffrey J. Butz a ete ordonne ministre lutherien, il est professeur des religions du monde a l’Universite de Penn State (en Pennsylvanie, USA).

  • Les courts extraits de livres : 22/07/2006

Le prenom de Jacques vient d’un des grands patriarches de l’histoire Juive, Jacob. Jacques est la traduction francaise du grec Iakob, qui est lui-meme la traduction de l’hebreux Ya’akov. Dans la traduction francaise du Nouveau Testament grec, lakob est toujours traduit comme Jacob quand on evoque les personnages de l’Ancien Testament et comme Jacques quand on parle de personnages chretiens. C’est interessant puisque, comme nous allons le voir, Jacques represente un pont entre le judaisme et la chretiente. Jacob en grec est devenu Jacques en francais, a l’aide du latin ou Jacobus et Jacomus sont des variations du meme prenom. Le latin explique egalement pourquoi dans l’histoire europeenne on appelle la dynastie des rois James d’Angleterre, Jacobite ou Jacobeen.

Iakob etait un prenom tres courant en Israel au Ier siecle comme en temoigne le fait que huit personnages differents portent ce prenom dans le Nouveau Testament. Il est couramment admis que la moitie des occurrences du prenom dans le Nouveau Testament se rapporte a Jacques le fils de Zebedee (le frere de Jean aussi appele Jacques l’Ancien), un des deux apotres qui portent ce prenom. Un tiers des occurrences du prenom se rapporte au frere de Jesus qui est malheureusement souvent pris pour celui que l’on connait sous le nom de Jacques Le Mineur, mais qui est en fait Jacques le fils d’Alphaeus, le second des deux apotres qui portent ce prenom. Le fait que le frere de Jesus ait parfois ete appele Jacques le Mineur n’est qu’un exemple des nombreux affronts et outrages qu’il a ete oblige de supporter.

Une telle ignorance au sujet des freres et soeurs de Jesus est surprenante, d’autant qu’elle est tres repandue, car en dehors du Nouveau Testament lui-meme, il existe un grand nombre d’ecrits non canoniques, datant du tout debut de l’eglise, fournissant la preuve absolument irrefutable que non seulement Jesus avait des freres et soeurs mais qu’en plus, certains de ses freres, si ce n’est pas tous, ont joue un role important a la tete de l’eglise primitive. En fait, Jacques etait considere par beaucoup des premiers chretiens comme le premier eveque de l’eglise, le successeur de Jesus apres la crucifixion, faisant ainsi de lui le premier pape, et non Pierre comme la tradition catholique l’a affirme.