Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le lievre de Vatanen

Auteur : Arto Paasilinna

Traducteur : Anne Colin du Terrail

Date de saisie : 03/01/2007

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Denoel, Paris, France

Collection : Et d’ailleurs

Prix : 14.00 / 91.83 F

ISBN : 978-22072593317

GENCOD : 9782207259337

Sorti le : 07/12/2006

Acheter Le lievre de Vatanen chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les courtes lectures : Lu par Claire Lamarre – 16/09/2008

Telecharger le MP3

Claire Lamarre – 19/03/2007

  • Les presentations des editeurs : 16/09/2008

Vatanen est journaliste a Helsinki. Alors qu’il revient de la campagne, un dimanche soir de juin, avec un ami, ce dernier heurte un lievre sur la route. Vatanen descend de voiture et s’enfonce dans les fourres. Il recupere le lievre blesse, lui fabrique une grossiere attelle et s’enfonce deliberement dans la nature.

Ce roman culte dans les pays nordiques conte les multiples et extravagantes aventures de Vatanen remontant au fil des saisons vers le cercle polaire avec son lievre fetiche en guise de sesame. Il invente un genre : le roman d’humour ecologique.

Arto Paasilinna est ne en Laponie finlandaise en 1942. Successivement bucheron, ouvrier agricole, journaliste et poete, il est l’auteur d’une vingtaine de livres dont Le Meunier hurlant, La Cavale du geometre, et dernierement, Un homme heureux, romans traduits dans le monde entier.

  • Les courts extraits de livres : 16/09/2008

Bilan

Tot le matin, Vatanen fut reveille par le chant des oiseaux dans la bonne odeur de foin d’une grange. Le lievre reposait au creux de son bras; il semblait suivre le vol des hirondelles qui se glissaient sous le faite – elles construisaient sans doute encore leur nid, ou peut-etre avaient-elles deja des petits, vu l’ardeur qu’elles mettaient a entrer et sortir de la grange.
Le soleil brillait a travers les rondins disjoints, l’herbe de l’annee passee etait tiede. Vatanen resta pres d’une heure allonge dans le foin, songeur, avant de se secouer et de sortir, le lievre dans les bras.
Derriere l’ancien pre en fleurs murmurait un petit ruisseau. Vatanen posa le lievre sur la rive, se deshabilla et se baigna dans l’eau fraiche. De petits poissons remontaient le courant en banc serre; ils s’effrayaient du moindre mouvement, mais oubliaient aussitot leur peur.
Vatanen pensa a sa femme, a Helsinki. Il se sentit mal.
Vatanen n’aimait pas sa femme. Elle etait, en un sens, mechante; elle avait ete mechante, egoiste plutot, tout le temps de leur mariage. Sa femme avait l’habitude d’acheter d’horribles vetements, laids et peu pratiques, et de ne les porter que peu de temps, car a la longue ils ne lui plaisaient pas non plus. Sa femme aurait bien aussi echange Vatanen si elle avait pu le faire aussi facilement qu’elle changeait de vetements.