Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le monde contre soi : anthologie des propos contre les Juifs, le judaisme et le sionisme

Auteur : Paul-Eric Blanrue

Preface : Yann Moix

Date de saisie : 28/06/2007

Genre : Sociologie, Societe

Editeur : Blanche, Paris, France

Prix : 29.50 / 193.51 F

ISBN : 9782846281799

GENCOD : 9782846281799

Sorti le : 28/06/2007

Acheter Le monde contre soi : anthologie des propos contre les Juifs, le judaisme et le sionisme chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 20/07/2007

Paul-Eric Blanrue

Le Monde contre soi
Anthologie des propos contre les Juifs le judaisme et le sionisme

On croit connaitre les principaux propos des acteurs et penseurs de l’antisemitisme, en particulier au XXe siecle ou les nazis sont devenus l’accablant exemple de la haine antijuive. Seulement, a force de concentrer l’attention sur les memes personnages, on a oublie que l’antisemitisme etait un prejuge qui remonte a l’origine du peuple juif, un cliche ancre dans les mentalites, traversant les ages et les communautes.

Cette anthologie (plus de 500 entrees) a pris pour parti de se presenter les propos tenus contres les Juifs, le judaisme et le sionisme, en politique et en litterature, mais aussi dans le monde de l’art, en economie et en science ; que ces propos emanent d’antisemites patentes ou de gens denues de toute haine a l’egard de la communaute juive, et qui, par maladresse, ont pu, laisser planer le doute sur leurs intentions.

Il s’agit aussi d’un livre de revelations. Si l’on connait l’antisemitisme de Kant, Wagner, Shakespeare ou de Goethe, on y apprendra que Ronsard, d’Holbach, Rousseau, Dickens, John Lennon, Gandhi, Freud, Simenon ou encore Marlon Brando, et des centaines d’autres, a priori non suspects d’hostilite a l’egard des Juifs, n’ont pas echappe a cette terrible tentation.

Ce projet se propose en somme d’etre un manuel d’education civique non conformiste, destine a ouvrir les yeux de ceux qui veulent savoir d’ou ils viennent et ou ils vont. Car on ne peut combattre que ce que l’on connait.

  • Les courts extraits de livres : 20/07/2007

Le monde contre soi

Je suis extremement fier : mon ecrivain prefere de tous les temps, Charles Peguy, ne figure pas dans cette Anthologie des propos contre les Juifs, le judaisme et le sionisme. Quand on voit le nombre de personnalites qui apparaissent dans ces pages et qui ont, que ce soit tout au long de leur vie ou une seule fois dans leur existence, tenu des propos abjects contre les juifs, l’exemple de Peguy est assez rare, singulier, exceptionnel, pour etre souligne. Car pas une seule phrase ecrite par lui, pas un seul mot, pas une seule parenthese, ou incidente, pas une seule notule, pas un seul alinea, n’a exprime, dans une oeuvre de 5 000 pages composee entre 1896 et 1914 le moindre signe d’antisemitisme.
Rare, singulier, exceptionnel, car l’epoque, en matiere de haine des juifs, etait particulierement gratinee. Doit-on rappeler que La France Juive d’Edouard Drumont, paru en 1886, fut un best-seller monumental ? Peguy n’a jamais derape, n’a jamais eu la tentation de faire du moindre juif sur cette terre le bouc emissaire de quoi que ce soit. C’est d’ailleurs la ce qui m’a toujours paru prodigieux : il a choisi tous les boucs emissaires du monde sauf les juifs. Pour lui, rien n’etait plus sacre que ce peuple, rien n’etait plus spirituel que ce peuple. Rien n’etait plus grand que ce peuple qui vient du Texte.
A l’epoque de Peguy, l’antisemitisme, il est bon de le rappeler, n’etait pas puni comme il l’est (et se doit de l’etre) aujourd’hui. Bien au contraire. Loin d’etre condamne, il etait, juridiquement du moins, tres, tres loin d’etre condamnable. L’antisemitisme etait quelque chose de naturel. Le mepris des juifs semblait couler de source. D’autant plus naturel, d’ailleurs, qu’il trouvait dans les ouvrages de Drumont et compagnie des assises intellectuelles qui faisaient de lui une grille de lecture du monde. Tantot le juif etait celui qui s’enrichissait sur le dos des autres, tantot il etait celui qui avait tue le Christ (et donc assassine Dieu), tantot il etait le representant d’une race inferieure. Il ne restait plus a quelques esprits theorisants qu’a entreprendre la synthese de tous ces cliches, comme les physiciens tentent d’unifier leurs travaux pour edifier une theorie du Tout. Une sorte de theorie generale du juif.