Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le mystérieux docteur Cornélius t.9 et t.10

Auteur : Gustave Le Rouge

«Dans la surexcitation du péril ou de langoisse, lassassin eut une inspiration désespérée et macabre.
Eh bien, oui, ce serait Balthazar Buxton lui-même qui tendrait à travers le guichet le jeton libérateur ! Cétait là le seul moyen, il ny en avait pas dautre ! Et encore fallait-il se hâter !
Il empoigna ce petit cadavre léger comme une plume, il le rapprocha du guichet, donnant à la main, encore souple, la forme quil fallait, engageant à peine entre les deux doigts le jeton pour quil tombât facilement, et, en proie à une angoisse atroce, il se cacha derrière le cadavre quil soutenait sous les aisselles dune main; de lautre main il tenait le poignet du mort, tout prêt à le pousser dun coup sec, assez rapide pour que le jeton tombât.
Fritz avait frappé au guichet. […] Par la plus inconcevable chance, ce stratagème, […] eut un succès complet.
Le gardien vit dun coup dil distrait la main squelettique pousser le jeton et se retirer précipitamment. […] Linstant daprès, la porte à coulisse souvrait, et Fritz Kramm, guidé par un des hommes, arrivait sans encombre jusquà lauto qui lattendait. Il navait eu garde doublier les cinq chèques de chacun deux cent mille dollars, payables à la caisse de la Central Bank. »