Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le Paris de Sagan

Auteur : Alain Vircondelet

Si Françoise Sagan, née Quoirez, a toujours rappelé qu’elle était originaire du Lot, elle a néanmoins incarné dès sa jeunesse la vraie Parisienne, par son élégance discrète, sa liberté de pensée et l’impertinence de son esprit. Véritable phénomène de la littérature, depuis son fameux Bonjour Tristesse qui lui valut une renommée mondiale, elle a le plus souvent vécu à Paris, élargissant même l’influence de la capitale et ses modes de vie à Saint-Tropez et à la Normandie.
Si elle a cantonné Paris à quelques lieux iconiques (le boulevard Malesherbes, Saint-Germain-des-Prés, la rue du Cherche-Midi, les boîtes de nuit de la rive droite, et l’avenue Foch), elle a reconnu cette ville comme le centre le plus ardent, le plus foisonnant, le plus inventif du monde. C’est à Paris qu’elle se sentait profondément au plus juste d’elle-même, parce que le génie de la capitale correspondait à sa façon de vivre, indépendante, émancipée, bohème.
Elle aimait la beauté de Paris, préférant les beaux quartiers aux quartiers populaires, le Faubourg Saint-Honoré, la place Vendôme et les palaces à la banlieue. Anti-Simone de Beauvoir et anti- Duras, reine distante de l’underground parisien, elle hanta ses boites de nuit sans conviction, n’aimant guère danser, aimant la paresse de la Seine à laquelle elle voulait ressembler. Nonchalante et distraite, dépensière et futile, mais aussi grave et secrète, elle voyait en Paris, à l’instar de Colette à laquelle on la compara souvent, un lieu d’inspiration et de liberté sereine qui était pour elle le plus “vivable”.