Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le Petit Nicolas en arabe maghrébin

Auteur : Jean-Jacques Sempé, René Goscinny

Le Petit Nicolas est ici présenté en “arabe maghrébin, langue de France”. Pourquoi “langue de France” ? Parce que l’arabe maghrébin a été reconnu comme une des “langues de France” en 1999, lors de la signature par la France de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires du Conseil de l’Europe. L’arabe maghrébin est classé parmi les “langues non territoriales”, au côté du berbère, du yiddish, du romani et de l’arménien occidental.
Sur les neuf histoires, trois sont traduites en marocain, trois en algérien et trois en tunisien.