Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le repli du paysage

Auteur : Magdalena Schrefel

Dans un présent intemporel, au fin fond de la campagne, dans un paysage à la fois mythifié et personnalisé, un homme néglige les travaux de la ferme depuis la mort de sa femme et se retire dans son monde. Il commence alors son « travail » : la construction d’une machine qui saurait tout faire, une installation-monde métaphorique et qui aspire la vie.
Son fils, jeune garçon au début de la pièce puis jeune homme, ne parvient pas à faire entendre raison au père tout comme le bourgmestre – voix de la raison et du compromis.
Mais les eaux montent et le danger d’engloutissement se fait de plus en plus précis. La machine elle-même se met à bruire, à parler ?
Construite sur plusieurs temporalités, la pièce est ponctuée par le duo de deux jeunes filles d’aujourd’hui, sorte de clowns shakespeariens, qui décident de partir à l’aventure, au-delà de la zone interdite autour de la machine.
La langue, en monologues bouillonnants ou dialogues vifs, très construite, ciselée, dérapant, contribue à l’impression d’inéluctabilité de la catastrophe et à interroger la place de la spiritualité des vivants.